Présidentielle au Venezuela: trois opposants tués par balles

chargement

Election A une semaine de l'élection présidentielle du 7 octobre, trois partisans d'Henrique Capriles, adversaire d'Hugo Chavez, ont été tués par balles samedi. Les faits se sont déroulés lors d'un rassemblement électoral dans l'Etat de Barinas.

Par TBA
  30.09.2012, 22:04
Deux responsables de la colaition emmenée par l'opposant Henrique Capriles ont été assassinés.

Selon des témoignages recueillis par Primero Justicia (Justice  d'abord), le parti de Capriles, le ou les tireurs auraient opéré depuis une camionnette appartenant soit à la compagnie pétrolière publique PDVSA, soit à une administration locale.

Le gouvernement a confirmé la mort de deux responsables locaux de la coalition d'Henrique Capriles et promis de traduire en justice les auteurs de ces violences, les plus graves depuis le début de la campagne présidentielle.

Henrique Capriles lui-même a annoncé un troisième décès lors d'un meeting à Caracas. «Nous allons vaincre la violence au Venezuela», a-t-il lancé à ses partisans.

Dans un pays où les armes sont légion et la criminalité très élevée, des fusillades et des rixes entre «chavistas» - les partisans du président au pouvoir depuis quatorze ans - et sympathisants de M. Capriles s'étaient déjà produites, mais aucun décès n'avait jusque-là été enregistré.

Contrairement aux précédentes élections, le scrutin présidentiel du 7 octobre s'annonce serré entre un Hugo Chavez affaibli par un cancer - dont il dit être totalement guéri - et un Henrique Capriles qui a réussi à unifier l'opposition derrière sa candidature.

En finir avec la «république bolivarienne»
A 58 ans, M. Chavez a dû surmonter la maladie pour briguer un nouveau mandat de six ans. Opéré à trois reprises à Cuba, il a annoncé sa totale rémission en juillet dernier, juste avant de se lancer dans la campagne électorale. En cas de réélection, il entend  approfondir sa politique socialiste.

Son adversaire, gouverneur de l'Etat de Miranda, âgé de 40 ans, veut en finir avec la «république bolivarienne» d'Hugo Chavez et s'inspire du modèle brésilien, mélange de politique économique libérale et de défense de l'Etat-providence.

Désigné en février dernier candidat d'Unité démocratique, une coalition regroupant une trentaine de partis et organisations de l'opposition, il sillonne le Venezuela depuis un an et son charisme semble fonctionner. Certains jugent même qu'il se comporte en campagne comme Hugo Chavez.

La demi-douzaine d'instituts de sondage donnent pour la plupart le président sortant en tête des intentions de vote, mais leurs enquêtes sont très contradictoires, et donc difficilement crédibles.


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Résumé de la semaine

Ne ratez plus rien de l'actu locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque samedi toutes les infos essentielles de la semaine !

Recevez chaque samedi les infos essentielles de la semaine !

À lire aussi...

live
En directCoronavirus: pas de garantie pour une saison de ski sans pass sanitaireCoronavirus: pas de garantie pour une saison de ski sans pass sanitaire

RécompenseDroits humains: l’opposant russe Alexeï Navalny lauréat du prix Sakharov 2021Droits humains: l’opposant russe Alexeï Navalny lauréat du prix Sakharov 2021

EducationPunir les parents lorsque les enfants se comportent mal? La Chine rédige une loi en ce sensPunir les parents lorsque les enfants se comportent mal? La Chine rédige une loi en ce sens

live
PandémieCoronavirus: toutes les nouvelles du mardi 19 octobreCoronavirus: toutes les nouvelles du mardi 19 octobre

ArchéologieIsraël: il découvre une épée d’un chevalier croisé vieille de 900 ansIsraël: il découvre une épée d’un chevalier croisé vieille de 900 ans

Top