Sandy: les centrales nucléaires américaines sous surveillance renforcée

chargement

nucléaire La montée des eaux dans l'est des Etats-Unis après le passage de la méga-tempête Sandy a provoqué l'arrêt de centrales nucléaires lundi soir et ce mardi matin.

  30.10.2012, 14:19
La centrale nucléaire d'Indian Point proche de New York a été arrêtée par sécurité.

Deux Centrales nucléaires ont été partiellement arrêtées lundi soir et mardi matin dans l'Est des Etats-Unis touché par la méga-tempête Sandy tandis que la plus ancienne du pays était placée en état d'alerte en raison de la montée des eaux de 1,80m. La Commission de régulation nucléaire (NRC) a déclaré que la sécurité était assurée dans toutes les centrales du territoire.

L'un des réacteurs de la centrale d'Indian Point, située à quelque 72km au nord de New York, a été arrêté lundi à cause de problèmes du réseau électrique extérieur, selon l'opérateur Entergy Corp.. Le groupe a assuré qu'il n'existait aucun risque pour les employés ou la population et que la centrale n'était pas menacée par la montée du niveau de l'Hudson, qui a atteint près de 3m avant d'entamer sa décrue. Un autre réacteur continuait à fonctionner à plein régime.
 
Un réacteur de la centrale de Salem à Hancocks Bridge, dans le New Jersey, près du fleuve Delaware, a été arrêté mardi car quatre de ses six pompes à eaux étaient hors d'état, selon l'opérateur PSEG Nuclear. Un autre réacteur se trouve à l'arrêt depuis le 14 octobre pour ravitaillement mais la centrale voisine de Hope Creek continue à tourner à plein régime. Les sites de Salem et Hope Creek produisent à eux deux de l'électricité pour environ trois millions de foyers par jour.
 
Etat d'alerte à Oyster Creek
 
La plus âgée des centrales nucléaires américaines, celle d'Oyster Creek, mise en service en 1969 dans le New Jersey, était déjà arrêtée pour ravitaillement mais la montée des eaux dans la zone de la baie de Barnegat a amené les autorités de sûreté à placer le site en état d'"alerte", le deuxième des quatre niveaux de menace.
 
La Commission de régulation nucléaire a déclaré que le niveau d'eau devrait redescendre rapidement et qu'Oyster Creek, qui doit fermer en 2019, était conçue pour résister à l'eau et à des vents d'ouragan. Exelon Corp., propriétaire du site, a précisé que des générateurs diesel fournissaient une alimentation stable et qu'il restait plus de deux semaines de carburant.
 
Ailleurs pas d'incident
 
Des inspecteurs de la NRC, dont le siège et le bureau régional du Nord-est ont été fermés pour Sandy, surveillent les centrales en permanence. L'agence a dépêché du personnel supplémentaire ou l'a placé en alerte dans cinq Etats, équipé de téléphones satellites pour éviter toute coupure du contact.
 
Les centrales nucléaires américaines sont construites pour supporter des ouragans, collisions d'avion et autres catastrophes majeures mais les procédures de sécurité imposent l'arrêt des réacteurs à partir d'une certaine force du vent ou d'un certain niveau des eaux.
 
A Lusby, dans le Maryland, la centrale de Calvert Cliffs fonctionnait à plein régime et pouvait alimenter plus d'un million de foyers. Les responsables de la sûreté devaient arrêter les opérations en cas de vents soufflant à plus de 120km/h ou d'eau dépassant les 3m au-dessus du niveau normal de la mer.
 
Au complex de Millstone, dans le Connecticut, les responsables ont annoncé lundi qu'ils ramenaient la puissance de l'un des deux réacteurs à 75% pour assurer la stabilité de l'alimentation électrique en cas d'arrêt soudain.
 
Assurer la continuité de l'électricité
 
Dans le District de Columbia, PJM, le plus grand opérateur régional du pays, fournit l'électricité à quelque 60 millions de personnes dans 13 Etats. En cas de réduction ou de suspension de l'alimentation par une centrale nuéclaire, le réseau bascule instantanément sur un autre fournisseur, selon une porte-parole, Paul DuPont-Kidd. "Même si plusieurs centrales s'arrêtent en même temps, nous devrons aviser mais c'est globalement prévu" dans les plans d'urgence.
 
En août 2011, de nombreuses centrales nucléaires avaient dû être fermées et d'autres mises au ralenti pour affronter l'ouragan Irene. Bien que les sites soient construits pour supporter des conditions difficiles, leur fonctionnement est compliqué lorsqu'il ne reste que le personnel d'urgence aux manettes ou si l'alimentation électrique extérieure est coupée et qu'il faut utiliser des générateurs, comme cela arrive souvent pendant les ouragans.

Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Résumé de la semaine

Ne ratez plus rien de l'actu locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque samedi toutes les infos essentielles de la semaine !

Recevez chaque samedi les infos essentielles de la semaine !

À lire aussi...

live
En directCoronavirus: le vaccin obligatoire à l'Open d'Australie?Coronavirus: le vaccin obligatoire à l'Open d'Australie?

live
MONDECoronavirus: toutes les nouvelles du lundi 18 octobreCoronavirus: toutes les nouvelles du lundi 18 octobre

attaqueNorvège: les cinq victimes ont été tuées à l’arme blanche, pas avec un arcNorvège: les cinq victimes ont été tuées à l’arme blanche, pas avec un arc

Jeux d’hiverPékin 2022: la flamme olympique allumée en Grèce, cérémonie perturbéePékin 2022: la flamme olympique allumée en Grèce, cérémonie perturbée

Carnet noirColin Powell, secrétaire d’Etat américain sous George W. Bush, est décédé du Covid-19Colin Powell, secrétaire d’Etat américain sous George W. Bush, est décédé du Covid-19

Top