Santé: les droits à la contraception et à l'avortement régressent en Europe

chargement

Alerte Mardi, le Conseil de l'Europe a publié un rapport en matière d'accès à la contraception et à l'avortement en Europe qui épingle pêle-mêle l'Arménie, la Géorgie, la Macédoine, la Russie et la Slovaquie en raison de leurs législations restrictives.

  05.12.2017, 06:49
Andorre, l’Irlande, le Liechtenstein, Malte, Monaco, l’Irlande du Nord, la Pologne et Saint-Marin interdisent toujours l'accès à l'avortement sauf mise en danger de la vie de la mère.

Des "restrictions rétrogrades" ont entraîné un recul des droits des femmes en matière d'accès à la contraception et à l'avortement en Europe, estime mardi le Conseil de l'Europe. L'organisation publie un rapport ainsi qu'une série de recommandations aux États membres.

"Ces dernières années, des menaces résurgentes pour la Santé et les droits sexuels et reproductifs des femmes ont émergé en Europe", souligne Nils Muiznieks, le commissaire aux droits de l'Homme, dans ce rapport.

Le texte épingle pêle-mêle l'Arménie, la Géorgie, la Macédoine, la Russie et la Slovaquie qui ont adopté récemment "des mesures renforçant les critères à remplir pour les femmes afin d'avoir accès à l'avortement". Le document rappelle aussi qu'en Pologne, "une loi a réintroduit l'obligation d'obtenir une prescription médicale pour accéder à un moyen de contraception d'urgence".

"Ces procédures entraînent beaucoup de souffrance chez les femmes (...) elles relèvent du droit à la vie, à la vie privée, à la santé, à la liberté de prendre ses propres décisions", souligne le commissaire letton.

>> A lire aussi: Avortements: 45% des IVG réalisées dans le monde sont faites dans des conditions dangereuses

"Obstacles importants"

Outre la Pologne, le document pointe également des juridictions en Irlande du Nord, Irlande, Andorre, au Liechtenstein, à Malte, Monaco, et San Marin pour leur législation "hautement restrictive" en matière d'accès à l'avortement, qui n'est souvent autorisé qu'en cas de risque pour la vie de la mère ou de viol.

Dans la plupart de ces juridictions, des peines de prison - jusqu'à la perpétuité en Irlande du Nord - sont prévues pour les femmes ne respectant pas la loi, rappelle le rapport. "Mais même dans les pays où la loi est moins restrictive, les femmes doivent parfois faire face à des obstacles importants", relève M. Muiznieks.

En Italie, sept professionnels de santé sur dix refusent d'autoriser un avortement, invoquant une clause de conscience, souligne le rapport. En Turquie, une femme mariée doit obtenir le consentement de son époux pour avorter.

 

 

Contraception visée

La contraception elle-même n’est pas encore un droit dans tous les pays, faute d’information ou de moyens financiers là où elle n’est pas remboursée, juge-t-il.

"Dans quelques pays européens, tels que l’Albanie, l’Arménie, l’Azerbaïdjan et la Bosnie-Herzégovine, le taux de femmes utilisant un moyen de contraception moderne est parmi les plus bas du monde", note le commissaire.

ATS

Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Résumé de la semaine

Ne ratez plus rien de l'actu locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque samedi toutes les infos essentielles de la semaine !

Recevez chaque samedi les infos essentielles de la semaine !

À lire aussi...

santéAvortements: 45% des IVG réalisées dans le monde sont faites dans des conditions dangereusesAvortements: 45% des IVG réalisées dans le monde sont faites dans des conditions dangereuses

Etats-UnisEtats-Unis: huit pays viennent en aide aux organisations pro-avortement reniées par TrumpEtats-Unis: huit pays viennent en aide aux organisations pro-avortement reniées par Trump

SauvetageEtats-Unis: les Pays-Bas à la rescousse du droit à l'avortement américainEtats-Unis: les Pays-Bas à la rescousse du droit à l'avortement américain

Top