Sarkozy à Berlin parle Europe avec Merkel

chargement

Allemagne-France L'ancien président français Nicolas Sarkozy a rencontré la chancelière allemande Angela Merkel vendredi à Berlin pour parler de l'Europe. Le Président français François Hollande est de son côté en République centrafricaine pour « rétablir l'autorité de l'État ».

  28.02.2014, 17:42
L'ancien président français Nicolas Sarkozy a rencontré la chancelière allemande Angela Merkel vendredi à Berlin pour parler de l'Europe...

L'ancien président français Nicolas Sarkozy a été reçu par la chancelière allemande Angela Merkel vendredi à Berlin. Il a prôné "l'abandon de pans entiers" des compétences actuelles de l'Union européenne pour pouvoir accueillir de nouveaux pays, tout en renforçant l'intégration de la zone euro.

"L'Union européenne doit renoncer à la prétention de tout réglementer et de tout régenter, ce n'est pas cela qui était le message des pères fondateurs", a estimé Nicolas Sarkozy.

L'ancien président était invité à parler de l'Europe et de la relation franco-allemande par la Fondation Konrad Adenauer, émanation du parti conservateur CDU de Mme Merkel. Il s'exprimait après un entretien d'une heure avec la chancelière, une faveur rarement accordée à des personnalités sans responsabilités politiques.

"L'Union européenne doit cesser de perdre du temps, de perdre de l'énergie et par-dessus tout de perdre de la crédibilité sur des sujets qui ne relèvent pas à l'évidence de sa compétence", a-t-il affirmé.

Une UE "exaspérante"

Selon Nicolas Sarkozy, le désamour vis-à-vis de la construction européenne est dû à ce comportement intrusif. "L'Union européenne doit cesser d'exaspérer les citoyens, l'Union européenne doit cesser d'exaspérer les entreprises par des réglementations toujours plus incompréhensibles sur des sujets sans cesse plus secondaires", a-t-il souligné.

Les solutions qu'il propose sont radicales. "Nous devons donc assumer (...) l'abandon de pans entiers d'une activité communautaire d'aujourd'hui qui gagnerait grandement en lisibilité si elle se concentrait sur sept ou huit grandes politiques européennes", a-t-il dit en citant l'industrie, la recherche, l'énergie, l'agriculture et la concurrence.

L'amitié franco-allemande, "trésor sacré"

Rappelant, dans un discours à la tonalité grave, les guerres ayant opposé la France et l'Allemagne au XXe siècle, Nicolas Sarkozy a enfin souligné l'importance "absolument stratégique" de l'amitié franco-allemande, la qualifiant de "trésor sacré".

"Il ne faut pas jouer avec des choses aussi fondamentales", a-t-il mis en garde. "L'amitié entre la France et l'Allemagne n'est pas un sujet d'actualité politique. Ce n'est pas une question de gauche ou droite", a estimé l'ancien chef des conservateurs français (UMP).

"Sans cette amitié, il y aurait eu d'autres guerres (...) Qui serait assez fou (...) pour croire que ce trésor est acquis pour toujours?", a-t-il interrogé.
 


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Résumé de la semaine

Ne ratez plus rien de l'actu locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque samedi toutes les infos essentielles de la semaine !

Recevez chaque samedi les infos essentielles de la semaine !

À lire aussi...

live
PandémieCoronavirus: toutes les nouvelles du mardi 26 octobreCoronavirus: toutes les nouvelles du mardi 26 octobre

TensionsSoudan: le premier ministre renversé ramené chez luiSoudan: le premier ministre renversé ramené chez lui

enquêteCinéma – Tir mortel d’Alec Baldwin: assistant déjà licencié pour un accident avec une armeCinéma – Tir mortel d’Alec Baldwin: assistant déjà licencié pour un accident avec une arme

coutumesJapon: la princesse Mako s’est mariée après une longue controverseJapon: la princesse Mako s’est mariée après une longue controverse

réseaux sociauxFake news: YouTube suspend la chaîne du président brésilien Bolsonaro pour une semaineFake news: YouTube suspend la chaîne du président brésilien Bolsonaro pour une semaine

Top