Syrie: la décision britannique ne change rien à la position française

chargement

Conflit Paris souhaite une action "proportionnée et ferme" contre Damas, a déclaré François Hollande ce vendredi, en dépit du refus de la Grande-Bretagne d'intervenir en Syrie. Le président français n'exclut pas des frappes aériennes avant mercredi.

  30.08.2013, 11:37
Le refus de la Grande-Bretagne d'intervenir en Syrie ne change rien à la position de la France, a déclaré vendredi le président François Hollande dans un entretien au journal "Le Monde". Paris souhaite une action "proportionnée et ferme" contre Damas.

Le refus de la Grande-Bretagne d'intervenir en Syrie ne change rien à la position de la France, a déclaré vendredi le président François Hollande dans un entretien au journal "Le Monde". Paris souhaite une action "proportionnée et ferme" contre Damas.

Le chef de l'Etat français n'exclut pas par ailleurs des frappes aériennes avant mercredi, date de la réunion du Parlement français pour un débat sur la Syrie. "Un faisceau d'indices (pointe) dans le sens de la responsabilité du régime de Damas" après la mort de centaines de personnes le 21 août dans la banlieue de la capitale syrienne dans des attaques à l'arme chimique, selon lui.

Berlin a de son côté exclu de participer à une intervention militaire en Syrie, a indiqué le ministère allemand des Affaires étrangères.

Les Etats-Unis recherchent toujours "une coalition internationale" en vue d'éventuelles frappes contre le régime syrien accusé d'avoir utilisé des armes chimiques, tout en laissant entendre qu'ils pourraient agir seuls après le refus de leur allié britannique d'intervenir.

Conclusions déterminantes

Dans le même temps, sur le terrain, les experts de l'ONU ont quitté vendredi leur hôtel pour le dernier jour de leur enquête sur l'utilisation présumée d'armes chimiques dans, a constaté un caméraman de l'AFP.

Les experts sont partis à bord de trois voitures de l'ONU, accompagnées par deux voitures des forces syriennes, a-t-il précisé. Selon un membre des services de sécurité, ils se rendaient à l'hôpital militaire de Mazzé, où sont soignées des victimes de l'attaque chimique présumée.

Les conclusions de leurs investigations sont déterminantes pour une éventuelle action militaire occidentale. Les inspecteurs, qui recueillent des échantillons depuis lundi dans les quartiers de Damas visés, possèdent peut-être déjà de premiers résultats après avoir travaillé toute la nuit dans leur hôtel de la capitale.

Ils ne désigneront aucun "coupable", leur rôle étant de se borner à donner des indices sur la nature des munitions utilisées.


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Résumé de la semaine

Ne ratez plus rien de l'actu locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque samedi toutes les infos essentielles de la semaine !

Recevez chaque samedi les infos essentielles de la semaine !

À lire aussi...

EducationPunir les parents lorsque les enfants se comportent mal? La Chine rédige une loi en ce sensPunir les parents lorsque les enfants se comportent mal? La Chine rédige une loi en ce sens

live
En directCoronavirus: la Suisse compte 1442 nouveaux cas pour 24'926 tests, 5 morts et 34 hospitalisationsCoronavirus: la Suisse compte 1442 nouveaux cas pour 24'926 tests, 5 morts et 34 hospitalisations

live
PandémieCoronavirus: toutes les nouvelles du mardi 19 octobreCoronavirus: toutes les nouvelles du mardi 19 octobre

ArchéologieIsraël: il découvre une épée d’un chevalier croisé vieille de 900 ansIsraël: il découvre une épée d’un chevalier croisé vieille de 900 ans

InsoliteLa reine d’Angleterre Elizabeth II, jeune dans sa tête, refuse un prix pour personnes âgéesLa reine d’Angleterre Elizabeth II, jeune dans sa tête, refuse un prix pour personnes âgées

Top