Syrie: Moscou ne soutiendra pas une solution imposée en Syrie

chargement

Syrie La Russie ne soutiendra pas une solution imposée de l'extérieur en Syrie, a déclaré aujourd'hui le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov.

  28.06.2012, 13:20
Le sort de Bachar al Assad, "doit être décidé dans le cadre d'un dialogue syrien par le peuple syrien", a souligné Sergueï Lavrov.

"La Russie ne peut soutenir et ne soutiendra pas une quelconque recette imposée de l'extérieur", a déclaré M. Lavrov au lendemain de la présentation par l'émissaire international pour la Syrie, Kofi Annan, d'un plan prévoyant un gouvernement de transition composé de membres du régime et de l'opposition.

Il s'agit de "favoriser le dialogue et non de préjuger des résultats de ce dialogue", a ajouté M. Lavrov lors d'une conférence de presse à Moscou, insistant sur la nécessité d'un dialogue entre Syriens.

"Nous soutenons les transformations qui iraient dans le sens de l'entente nationale sur les réformes à faire depuis longtemps" en Syrie, a-t-il encore déclaré.

Le sort du président syrien, Bachar al Assad, "doit être décidé dans le cadre d'un dialogue syrien par le peuple syrien", a souligné M. Lavrov à l'avant-veille d'une conférence internationale à Genève sur la Syrie au cours de laquelle sera abordé le plan Annan.

"Les acteurs extérieurs ne doivent pas dicter leurs recettes aux Syriens, mais ils doivent avant tout exercer une influence sur toutes les parties en Syrie, afin de mettre fin aux violences", a ajouté le ministre russe.

Oublier l'Iran, une "erreur"

Pour l'heure, en ce qui concerne le plan Annan, "il n'y a pas de projet approuvé, les travaux sur un possible document final se poursuivent", a souligné le ministre russe.

Des diplomates ont affirmé mercredi à l'ONU que les grandes puissances, dont la Russie, soutenaient l'idée d'un gouvernement de transition en Syrie, qui sera discutée samedi au cours de la conférence de Genève, selon des diplomates à l'ONU.

M. Lavrov a par ailleurs estimé que l'absence de l'Iran à Genève était "une erreur". "L'Iran est un acteur influent dans cette situation, et je pense que le fait de tenir ce pays à l'écart de la rencontre de Genève est une erreur", a-t-il dit-il.

"La partie américaine, comme on le dit publiquement Washington, est catégoriquement contre la participation de l'Iran. C'est un exemple de deux poids, deux mesures", a estimé M. Lavrov.


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Résumé de la semaine

Ne ratez plus rien de l'actu locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque samedi toutes les infos essentielles de la semaine !

Recevez chaque samedi les infos essentielles de la semaine !

À lire aussi...

live
PandémieCoronavirus: toutes les nouvelles du mardi 19 octobreCoronavirus: toutes les nouvelles du mardi 19 octobre

BanqueCredit Suisse: prêts suspects au MozambiqueCredit Suisse: prêts suspects au Mozambique

ArchéologieIsraël: découverte d’une épée d’un Croisé vieille de 900 ansIsraël: découverte d’une épée d’un Croisé vieille de 900 ans

InsoliteLa reine d’Angleterre Elizabeth II, jeune dans sa tête, refuse un prix pour personnes âgéesLa reine d’Angleterre Elizabeth II, jeune dans sa tête, refuse un prix pour personnes âgées

catastropheInondations et glissements de terrain en Inde: le bilan s'alourdit à plus de 40 mortsInondations et glissements de terrain en Inde: le bilan s'alourdit à plus de 40 morts

Inondations meurtrières en Inde

De très fortes pluies ont provoqué la mort d’au moins 41 personnes en Inde, après un bilan revu à la hausse ce mardi....

  19.10.2021 17:41

Top