30.08.2016, 17:14

Des booktubeuses invitées au Livre sur les Quais

chargement
Kevane et Micaela, deux booktubeuses, seront à Livres sur les quais.

Morges Elles partagent leurs lectures sous forme de vidéos via Youtube. Le Livre sur les Quais leur dédie un espace, une première.

Kevane Bouchart et Mikaela Mury dévorent plusieurs livres par semaine et rendent compte de leurs impressions dans des vidéos de quelques minutes postées en ligne, sur leur chaîne Youtube. Agées de 26 et 19 ans, les deux jeunes femmes appartiennent à la communauté des booktubeurs.

Un phénomène récent et encore discret en Suisse romande (ils sont moins d’une dizaine), alors que dans les pays anglo-saxons, certains de ces internautes bibliophiles génèrent des revenus publicitaires suffisants pour vivre. Mais tel n’est pas l’objectif de Kevane et Mikaela, qui visent le plaisir et la visibilité avant la rentabilité.

Partager davantage

Preuve du succès grandissant de leurs vidéos, elles animeront des tables rondes et des interviews au Livre sur les Quais (voir encadré). La manifestation morgienne, qui s’ouvre vendredi, dédie cet année un espace à ces chroniqueurs littéraires d’un nouveau genre, amateurs de fantastique, de science-fiction ou de littérature «young adult».

Lectrices depuis l’enfance, Kevane et Mikaela ont commencé par la tenue d’un blog avant de créer leur chaîne, comme beaucoup d’autres booktubeurs. «Ce n’est pas parce que je suis mal à l’aise à l’écrit que je me suis lancée sur Youtube, raconte Mikalea, mais pour être plus proche des gens, et partager davantage.»  

Même raison invoquée par Kevane, alias «Saefiel», qui a créé sa chaîne en mai, et poursuit parallèlement son activité de blogueuse littéraire. «Je poste en moyenne deux articles sur mon blog et une vidéo par semaine sur ma chaîne.»

Passer de l’écrit à l’oral

Le booktubing leur prend chacune plusieurs heures hebdomadaires, sans compter la lecture et la gestion des commentaires des internautes. Passer de l’écrit à l’oralité fut tout sauf naturel: «Dur de parler à sa caméra, commente Mikaela, surtout pour moi qui suis timide. Mais ça me pousse à m’exprimer correctement, à développer mon vocabulaire.» Plus à l’aise à l’écrit, Kevane prépare scrupuleusement ses vidéos, rédigeant des fiches avec mots-clés. «Ecrire, c’est littéraire, tandis qu’à l’oral, il faut aller droit au but, éviter les phrases longues, donner envie.»

Retrouvez la totalité de l'article dans nos éditions payantes de ce mercredi 31 août.

Mikaela et Kevane répondront à vos questions en direct depuis les locaux du Quotidien La Côte, vendredi 2 septembre à 13h. Les questions peuvent être envoyées à web@lacote.ch


Top