24.01.2019, 17:36
Lecture: 6min

Faute de moyens, l'épicerie mobile laisse ses clients dans le besoin

Premium
chargement
1/2  

Entraide Le bus itinérant de Caritas Vaud qui faisait halte chaque semaine dans une dizaine de villes du canton dont Morges, Gland et Nyon, pour vendre des produits de première nécessité, arrêtera ses tournées en mars. Cette nouvelle chamboule les clients.

«Tu vois, ça, c’est quelque chose que je n’irais pas acheter ailleurs, parce que c’est trop cher», souffle Verena Loeliger, 74 ans, à l’épicier en déposant ses produits sur le comptoir. Dans son panier, quelques mouchoirs, deux bananes et trois paquets de barres de chocolat d’une marque suisse bien connue. «Vous comprenez, le prix de ce chocolat est trop élevé dans les...

À lire aussi...

ArméeBière: les recrues ne débuteront pas leur service militaire en télétravailBière: les recrues ne débuteront pas leur service militaire en télétravail

CoronavirusPetits commerces: "Le soutien des clients, c'est ça qui est joli"Petits commerces: "Le soutien des clients, c'est ça qui est joli"

ContestationA Saubraz, le panier de basket divise toujours autantA Saubraz, le panier de basket divise toujours autant

Commerce localLavigny: «J’aimerais faire de l’épicerie un lieu convivial et familial»Lavigny: «J’aimerais faire de l’épicerie un lieu convivial et familial»

HistoireC’était hier: voyage au centre de médecine légaleC’était hier: voyage au centre de médecine légale

Top