31.08.2018, 21:34

Gimel: le Centre des Jeunes ne déménagera pas au Martinet

chargement
Le Centre des jeunes lorsqu'il était au Marais.

Jeunesse Une pétition signée par 170 adultes et 40 enfants – en une semaine – a convaincu la Municipalité de renoncer au projet de transférer le Centre des jeunes au Martinet.

Une petite semaine, fin juin, aura suffi à récolter 170 signatures d’adultes et une quarantaine d’enfants. De quoi convaincre la Municipalité de renoncer à son projet de déménager le Centre des jeunes dans le Collège du Martinet, trop excentré, à la rentrée d’août. 
Le texte demande à l'exécutif d’étudier la possibilité de réaménager le Centre des jeunes au plus près du site scolaire du Marais.
Le renoncement au projet du Martinet est une première étape qui satisfait les huit signataires à l’origine de la pétition, mais ce n’est pas suffisant. Aujourd’hui, et depuis la disparition des portakabins devant le Collège du Marais, le centre est réparti entre deux sites: le foyer de la cantine à midi, la grande salle communale pour les accueils de l’après-midi, du soir et du week-end. 
Une nouvelle répartition des lieux qui aurait engendré une baisse de fréquentation selon les signataires. «On ne peut pas considérer qu’elle soit due au changement de lieu», estime Anne-Laurence Berger, municipale en charge du dossier. Et une scission entre les plus jeunes et les plus grands – les 14-17 ans ne se rendant pas à la grande salle.
«Nous nous tenons volontiers à la disposition de la Municipalité pour participer à la réflexion sur l’avenir du Centre, relève Doris Christen, une des huit signataires. Nous espérons qu’elle tiendra compte de nos préoccupations et nous souhaitons établir avec elle un dialogue dans un esprit constructif.»

Nous espérons que la Municipalité tiendra compte de nos préoccupations."
Doris Christen, une des huit signataires 

Si leur démarche a été bien accueillie par l’exécutif qui a pris en compte leur avis et annulé le projet du Martinet, Anne-Laurence Berger explique que la réflexion sur l’avenir de la structure n’est pas prioritaire. «Pour cette année scolaire et probablement la suivante, le centre sera réparti sur les deux sites comme actuellement. Nous comptons mener une réflexion sur la possibilité d’aménager un nouveau lieu près du site scolaire, mais pas dans l’immédiat. Nous sommes ouverts à toutes les propositions lorsque cela sera le cas.» 
Inquiets pour l’avenir du centre, les parents ne vont certainement pas en rester là. Déterminés, ils risquent de relayer leurs inquiétudes auprès du Conseil communal. Et celles de certains enfants. «Le Centre, c’est cool, les activités sont chouettes. Mais j’ai peur de traverser la route depuis qu’il n’y a plus de patrouilleurs sur la Grand-Rue», explique Blyss, 11 ans.
 


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Résumé de la semaine

Ne ratez plus rien de l'actu locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque samedi toutes les infos essentielles de la semaine !

Recevez chaque samedi les infos essentielles de la semaine !

À lire aussi...

PolitiqueAccord sur la facture sociale: «déclaration de paix ou armistice?»Accord sur la facture sociale: «déclaration de paix ou armistice?»

PolitiqueSoutien à l’initiative et pression sur le parlement, l’AdCV fourbit ses armesSoutien à l’initiative et pression sur le parlement, l’AdCV fourbit ses armes

DECOUVERTEDes élèves morgiens découvrent les métiers de la constructionDes élèves morgiens découvrent les métiers de la construction

DrameMorges: une minute de silence pour JoaoMorges: une minute de silence pour Joao

CULTUREA Cossonay, le théâtre revit et fêtera les «huit fois 10 ans» d’Henri DèsA Cossonay, le théâtre revit et fêtera les «huit fois 10 ans» d’Henri Dès

Top