Le syndic de Tolochenaz entre au Grand Conseil

chargement

Politique Salvatore Guarna siégera au Parlement vaudois, à compter du mois de mars. L’édile socialiste remplacera la Morgienne Aline Dupontet, qui a donné sa démission pour le 29 février.

 06.02.2020, 14:36
Salvatore Guarna est le premier des viennent-ensuite, sur la liste socialiste du district de Morges.

Tolochenaz comptera bientôt un député, dans les rangs du parti socialiste. Le syndic Salvatore Guarna sera en effet assermenté le 3 mars. L’édile remplacera Aline Dupontet, qui a annoncé sa démission pour le 29 février. La Morgienne siégeait au Parlement vaudois depuis huit ans. Salvatore Guarna était présent au Conseil communal de Morges, mercredi soir, pour recevoir son brevet des mains du premier citoyen du chef-lieu, Laurent Pellegrino.


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Résumé de la semaine

Ne ratez plus rien de l'actu locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque samedi toutes les infos essentielles de la semaine !

Recevez chaque samedi les infos essentielles de la semaine !

À lire aussi...

JubilaireMorges: il fête ses 90 ans aux pompes funèbresMorges: il fête ses 90 ans aux pompes funèbres

Pollution lumineuseGilly veut diminuer son éclairage publicGilly veut diminuer son éclairage public

Gilly veut diminuer son éclairage public

La commune va faire un essai de quelques mois afin de diminuer l’emprise de l’éclairage public. Un candélabre sur deux...

  09.04.2021 16:00

AssistanceEchichens: un audit révèle de graves dysfonctionnements à l’école PestalozziEchichens: un audit révèle de graves dysfonctionnements à l’école Pestalozzi

PublicationFéchy: Annie Hochstadter raconte la greffe de rein qui l’a transforméeFéchy: Annie Hochstadter raconte la greffe de rein qui l’a transformée

Finances publiquesDébat: dans la région, «SOS Communes» n’a pas que des partisansDébat: dans la région, «SOS Communes» n’a pas que des partisans

Top