08.12.2017, 00:01

Morges et le rire, une histoire qui dure

Abonnés
chargement
1/4  

 08.12.2017, 00:01 Morges et le rire, une histoire qui dure

FESTIVAL Mardi, les organisateurs de Morges-sous-rire ont dévoilé le programme de la 30e édition. Tour d’horizon.

C’était en 1989. Morges-sous-rire vivait sa première édition, parrainée par Raymond Devos et François Silvant. Près de 4000 spectateurs avaient alors assisté à ce nouveau festival, qui proposait un total de douze spectacles. Trente ans plus tard, ces deux chiffres ont été multipliés par quatre. Signe de l’engouement toujours plus important suscité par la manifestation. Et de sa vitalité.

Trente...

C’était en 1989. Morges-sous-rire vivait sa première édition, parrainée par Raymond Devos et François Silvant. Près de 4000 spectateurs avaient alors assisté à ce nouveau festival, qui proposait un total de douze spectacles. Trente ans plus tard, ces deux chiffres ont été multipliés par quatre. Signe de l’engouement toujours plus important suscité par la manifestation. Et de sa vitalité.

Trente éditions, donc. Cela se fête en grande pompe. C’est pourquoi les organisateurs de l’événement, qui aura lieu du 9 au 16 juin 2018, ont décidé de voir plus grand. Tout d’abord en ajoutant deux jours, soit un week-end de plus, à ses traditionnels six jours d’humour. Mais aussi en programmant trois soirées de gala, dont l’une sera retransmise par la RTS, en léger différé, le lundi 11 juin.

Celle-ci sera présentée par l’humoriste romande Brigitte Rosset. «On ne dira rien au sujet des invités, ça sera la surprise, explique la future maîtresse de cérémonie. L’idée est de proposer une mise en scène dans laquelle des humoristes, essentiellement suisses, se succéderont pour venir fêter cet anniversaire.» La programmatrice, Roxane Aybek, indique que les noms des participants aux deux autres galas seront dévoilés prochainement.

Petits nouveaux et grandes ambitions

Le reste de la programmation sera, comme de coutume, riche et varié. Il fera la part belle tant aux habitués (Michel Boujenah, Thierry Meury, Yann Lambiel) qu’aux nouveaux venus (Thomas Wiesel, Blaise Bersinger, Laura Domenge). «Le programme de cette année comprend douze nouveaux artistes et onze têtes d’affiche», indique Roxane Aybek.

Pour la première fois, il sera aussi proposé un spectacle mêlant français et anglais, par le comédien Paul Taylor. «Il pourra être compris autant par les francophones que par les anglophones», précise la programmatrice. Enfin, les deux Vincent les plus connus du moment clôtureront le festival avec «Le Fric», leur toute nouvelle création.

Côté organisation, cette 30e édition marquera un nouveau rapprochement avec le festival Maxi-rires de Champéry. Les deux entités avaient en effet mis sur pied une première collaboration en 2016, en se partageant une partie de leur programmation. Rebelote cette année, donc, mais ce partenariat a pris de l’ampleur: il se concrétise désormais sous la forme d’un label commun, «Mountain Lake Productions».

Cette nouvelle structure permettra aux deux festivals d’attirer de plus gros «poissons» dans leur programmation. Les deux événements se partageront cette année quatre spectacles ainsi que l’une des trois soirées de gala prévue à Morges.

Laissez-vous hypnotiser par Stéphane Justin...

On l’a connu animateur, sur plusieurs chaînes de radio privées. Désormais, c’est en tant qu’hypnotiseur que Stéphane Justin officie. Cet art, il l’utilise à des fins thérapeutiques mais aussi dans des spectacles grand public. Il présentera ainsi le 16 juin à Morges-sous-rire sa nouvelle création, «Il était une fois Dormez!». Une performance participative et «toujours bienveillante», insiste-t-il, basée sur les plus grandes scènes du cinéma hollywoodien. Un univers dans lequel il fera pénétrer le spectateur grâce aux pouvoirs de l’inconscient.

Mardi matin, en conférence de presse, Stéphane Justin a fait une rapide démonstration de ses talents, en prenant l’auteur de ces lignes pour cobaye. Après une petite mise en condition (exercices de relaxation et de calculs mentaux), l’hypnotiseur parvient en un claquement de doigt à vous plonger soudain dans un état proche du sommeil, durant quelques secondes. Une expérience étonnante et surtout convaincante. Pour autant que l’on consente à faire confiance à l’artiste et donc à lâcher prise.


Vous avez lu gratuitement
une partie de l'article.

Pour lire la suite :

Profitez de notre offre numérique dès Fr 2.- le 1er mois
et bénéficiez d'un accès complet à tous nos contenus

Je profite de l'offre !
Top