07.09.2018, 09:08

Morges: Romande Energie en pleine mue, avec bientôt un nouveau patron

chargement
Romande Energie alimente en direct plus de 300’000 clients en électricité, dans près de 300 communes des cantons de Vaud, du Valais, de Fribourg et de Genève.

Energie Le départ à la retraite anticipée du directeur général de Romande Energie, Pierre-Alain Urech, pour fin septembre 2019, annoncé jeudi, s’inscrit dans un processus de profonde transformation du groupe. L’énergéticien va continuer à se développer dans les services, poursuivre ses acquisitions et occuper un millier de personnes d’ici 2020, contre un peu plus de 800 aujourd’hui.

«Les défis sont gigantesques», a déclaré M. Urech à AWP après l’annonce de sa retraite anticipée au terme de 15 ans passés aux commandes de la société basée à Morges. Il a fait allusion notamment à la numérisation des activités qui bouleverse les processus de vente, au développement rapide dans les services énergétiques, à l’essor des micro-réseaux et à la libéralisation qui se dessine du marché de l’électricité.

«C’est pour nous préparer au mieux à ces défis que nous réorganisons le groupe. Nous nous sommes remis en question de A à Z», a précisé le manager. M. Urech entend assurer une «transition en douceur», raison pour laquelle, notamment, il quittera son poste quinze mois plus tôt que l’âge officiel de la retraite, le temps pour lui de mettre son successeur (à désigner) au parfum.

Le conseil d’administration doit annoncer dans le détail en octobre les contours de la nouvelle structure de direction. Mais plusieurs objectifs sont déjà définis: réduire de 20 millions de francs les coûts opérationnels d’ici 2020 et répondre de manière plus «agile» aux besoins des clients, avec des processus plus efficaces.

Nouveaux parcs

L’ergonomie du siège à Morges sera améliorée. Le bâtiment, qui occupe aujourd’hui 250 employés, pourra en accueillir 330 d’ici le 1er janvier 2020, à surface égale. La moitié des collaborateurs n’aura plus de place fixe. «Le CEO lui-même n’aura plus de bureau. Je n’ai pas besoin de 32 mètres carrés», a concrétisé M. Urech.

Dans le même temps, plusieurs bâtiments et anciennes halles annexes ont été mis en vente. Toutes les activités de services, en fort développement et qui devraient atteindre 15 à 20% du chiffre d’affaires d’ici cinq ans, seront déplacées d’ici le 1er janvier prochain dans un nouveau bâtiment en cours de transformation à Préverenges, que le groupe louera.

Le développement passe aussi par la poursuite des petites acquisitions dans les techniques du bâtiment (chauffage à distance, ventilations…), où il existe un «énorme potentiel», et par les nouvelles affaires comme l’accompagnement (ingénierie, comptabilité) des sites de production locale tels les micro-réseaux.

Concernant la production du groupe, «nous misons sur le rachat de parcs existants en Suisse et à l’étranger dans le solaire et l’éolien», a précisé Pierre-Alain Urech. D’ici dix ans, la part d’énergie propre (produite par le groupe, très actif dans l’hydroélectrique) doit être portée à un tiers environ, contre 20% actuellement. Le reste est acheté, dans un marché soumis à une forte volatilité.

«Les marges dans le marché de l’électricité fondent comme neige au soleil», a relevé M. Urech. La prévisibilité des affaires est d’autant plus réduite que ces dernières dépendent en bonne partie de la météo.

Bonne surprise pas exclue

Les résultats du premier semestre – annoncés mercredi soir – ont été «excellents» en raison notamment des fortes précipitations du début d’année qui ont boosté l’hydroélectrique. Le groupe a enregistré un bond de 34% de son bénéfice d’exploitation à 49,9 millions de francs, pour un bénéfice net de 30,9 millions (-9,3%) et un chiffre d’affaires de 295,5 millions (+5,3%).

«A moins qu’il pleuve jusqu’à Noël, il y a peu de chances qu’une telle évolution favorable se présente au second semestre», prévient M. Urech. D’un autre côté, il n’exclut pas «une bonne surprise» issue de la participation de 9% dans Alpiq. Globalement, sur le long terme, les changements climatiques constituent un défi supplémentaire pour le groupe.

Le patron sortant conservera au-delà de 2019 ses fonctions d’administrateur de sociétés dans lesquelles le groupe détient des participations. M. Urech siège par ailleurs au conseil d’administration des CFF.

ATS

Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

À lire aussi...

Course à piedRomande Energie Run: les six conseils de Lea Sprunger pour un premier semi-marathon réussiRomande Energie Run: les six conseils de Lea Sprunger pour un premier semi-marathon réussi

COURSE A PIEDRomande Energie Run: cinq ans et toujours en mouvementRomande Energie Run: cinq ans et toujours en mouvement

La Romande Energie Run innove encore

Près de 2000 coureurs et coureuses prendront part dimanche à la 5e édition de la Romande Energie Run. Un millésime 2018...

  04.09.2018 16:07
Premium

Top