04.09.2019, 20:00

A Nyon, les femmes migrantes ont un lieu pour mieux s’intégrer

Premium
chargement
1/4  

Nyon Au Lieu-dit, des femmes peuvent faire garder leurs enfants pendant qu’elles apprennent le français durant une heure et demie. Un succès: l’association ouvre bientôt une troisième classe par semaine.

Elles s’appellent Valmira, Saadet, Nazret, Elizabeth, Azadah ou encore Bhagy. Elles viennent d’Erythrée, d’Inde, du Kosovo, du Sri Lanka, d’Afghanistan et de Syrie. Certaines sont en Suisse depuis une dizaine d’années, d’autres sont arrivées récemment. Pas toutes sont des réfugiées. Au minimum une fois par semaine, elles se rendent à la Vie-Là, une des maisons de quartiers de Nyon, pour y suivre des cours de français donnés dans le cadre d’un accompagnement mères-enfants. Ces classes gratuites...

À lire aussi...

CoronavirusPrises d’assaut par les promeneurs, les campagnes sont sous pressionPrises d’assaut par les promeneurs, les campagnes sont sous pression

CoronavirusPrivés de la rue, les travailleurs sociaux se démènent autrementPrivés de la rue, les travailleurs sociaux se démènent autrement

PolitiqueExceptionnel: le virus provoque une élection tacite à TartegninExceptionnel: le virus provoque une élection tacite à Tartegnin

GénérositéLes lapins de Pâques déferlent dans les hôpitauxLes lapins de Pâques déferlent dans les hôpitaux

Familles confinéesA Mont-sur-Rolle, les Moinat revoient leurs prioritésA Mont-sur-Rolle, les Moinat revoient leurs priorités

Top