04.09.2019, 20:00

A Nyon, les femmes migrantes ont un lieu pour mieux s’intégrer

Premium
chargement
1/4  

Nyon Au Lieu-dit, des femmes peuvent faire garder leurs enfants pendant qu’elles apprennent le français durant une heure et demie. Un succès: l’association ouvre bientôt une troisième classe par semaine.

Elles s’appellent Valmira, Saadet, Nazret, Elizabeth, Azadah ou encore Bhagy. Elles viennent d’Erythrée, d’Inde, du Kosovo, du Sri Lanka, d’Afghanistan et de Syrie. Certaines sont en Suisse depuis une dizaine d’années, d’autres sont arrivées récemment. Pas toutes sont des réfugiées. Au minimum une fois par semaine, elles se rendent à la Vie-Là, une des maisons de quartiers de Nyon, pour y suivre des cours de français donnés dans le cadre d’un accompagnement mères-enfants. Ces classes gratuites...

À lire aussi...

CultureCinéma Sud fera escale à Nyon et RolleCinéma Sud fera escale à Nyon et Rolle

ThéâtreLe Carlaton a dû dompter «Le Dragon» pour remonter sur les planchesLe Carlaton a dû dompter «Le Dragon» pour remonter sur les planches

SantéLa chirurgie esthétique au-delà des préjugésLa chirurgie esthétique au-delà des préjugés

NavigationLéman: cure de jouvence et régime minceur pour le «Rhône»Léman: cure de jouvence et régime minceur pour le «Rhône»

Chronique sexoLa chronique sexo d’Anne Devaux: un regard à la plageLa chronique sexo d’Anne Devaux: un regard à la plage

Top