04.09.2019, 20:00
Lecture: 4min

A Nyon, les femmes migrantes ont un lieu pour mieux s’intégrer

Premium
chargement
1/4  

Nyon Au Lieu-dit, des femmes peuvent faire garder leurs enfants pendant qu’elles apprennent le français durant une heure et demie. Un succès: l’association ouvre bientôt une troisième classe par semaine.

Elles s’appellent Valmira, Saadet, Nazret, Elizabeth, Azadah ou encore Bhagy. Elles viennent d’Erythrée, d’Inde, du Kosovo, du Sri Lanka, d’Afghanistan et de Syrie. Certaines sont en Suisse depuis une dizaine d’années, d’autres sont arrivées récemment. Pas toutes sont des réfugiées. Au minimum une fois par semaine, elles se rendent à la Vie-Là, une des maisons de quartiers de Nyon, pour y suivre des cours de français donnés dans le cadre d’un accompagnement mères-enfants. Ces classes gratuites...

À lire aussi...

COVIDNyon: l'hôpital prend la deuxième vague de plein fouetNyon: l'hôpital prend la deuxième vague de plein fouet

Nyon: l'hôpital manque de personnel

Soignants en quarantaine, stock de produits réactifs épuisé. Le retour du virus fait vaciller l'Hôpital de Nyon.

  26.10.2020 19:06
Premium

JusticeA cause de pneus lisses, un conducteur français risque 50 jours de prisonA cause de pneus lisses, un conducteur français risque 50 jours de prison

Justice«Quand on touche à nos enfants, ce n’est jamais assez»«Quand on touche à nos enfants, ce n’est jamais assez»

Avis de disparitionCrassier: un habitant porté disparu retrouvé sans vieCrassier: un habitant porté disparu retrouvé sans vie

CoronavirusVaud: pas de hausse des adoptions à la SPA pendant la pandémieVaud: pas de hausse des adoptions à la SPA pendant la pandémie

Top