Gland: Manuel Pascual, poète de la rouille

chargement

Artisanat A 75 ans, le sculpteur-ferronnier glandois Manuel Pascual continue de donner vie aux objets qu’il récupère. Rencontre.

 17.01.2019, 10:09
Manuel Pascual et sa grenouille de métal, récemment estropiée alors qu’elle ornait un rond-point de Gland.

Il est à la fois visible et bien caché, Manuel Pascual. Habitant de la Cité-Ouest, à Gland, depuis une trentaine d’années, c’est un peu plus bas, en suivant le sentier des Toblerones, que l’on accède à l’univers de l’artiste. La zone artisanale de Pont Farbel abrite son atelier et un jardin où trônent plusieurs de ses créations. «Je suis venu d’Espagne, jeune étudiant. Je suis sorti comme un taurillon de l’enclos! Je suis arrivé à Genève en 1962», conte le Galicien d’origine.

Après une école de graphisme à Lausanne, Manuel Pascual intègre le monde de la presse en concevant les formules de plusieurs journaux, magazines et livres d’art. C’est d’ailleurs suite à son engagement au sein du «Journal de Nyon» – «La Côte» aujourd’hui – qu’il atterrit dans le coin.

Dessin et peinture d’abord

Si Manuel Pascual était un redoutable artisan de l’image au sein de sa profession, il empoignait aussi crayons et pinceaux durant son temps libre. Il commence par des dessins de presse qui lui permettront de présenter pour la première fois son travail en 1968, «à la galerie Paravent à Nyon, le premier magasin en descendant la Colombière», souffle le jeune retraité avec un sourire.

Puis la peinture l’occupe et lui ouvre même les portes du Grand Palais à Paris à l’occasion d’une exposition sur l’art espagnol dans l’immigration européenne. Mais alors… d’où est venue l’idée de sculpter à partir d’objets en ferraille? «J’ai eu le plaisir de connaître superficiellement Gilbert Albert – joaillier et sculpteur genevois – je le trouvais génial. Et puis j’étais inspiré par Jean Tinguely, et Julio Gonzalez, sculpteur et ferronnier. Je me suis dit: le fer je veux le prendre tel quel, sans le tordre», détaille le Glandois.

C’est un jeu, il faut caricaturer. Un objet n’est pas toujours ce que tout le monde y voit.
Manuel Pascual artiste

Les sculptures de Manuel Pascual ne sont pas issues de découpages ou de distorsions. Ce sont des assemblages d’objets récupérés – souvent issus de la déchetterie communale – dont les formes prennent du sens une fois soudées. A l’image d’une petite poule dont la cage thoracique est composée de deux théières; plusieurs cuillères à soupe disposées en éventail constituent les plumes de la queue, un moulin-râpe à fromage faisant office de tête.

«C’est un jeu, il faut caricaturer. Je ne transforme pas les pièces, elles sont belles en soi. Un objet n’est pas toujours ce que tout le monde y voit», glisse le sculpteur. L’homme n’a pas une idée de départ, c’est au hasard de ses trouvailles que lui vient l’inspiration: «J’ai plein de trucs qui traînent et je ne veux pas les jeter. Je me dis, tiens, ça pourrait donner ça ou ça!»

Détournement d’objets

Aujourd’hui, à 75 ans, Manuel Pascual partage son temps entre des promenades aux côtés de sa chienne Sahila, sa famille et… son atelier, bien qu’il prenne moins de commandes qu’auparavant. Le fameux héron et la grenouille qui ornaient le rond-point à l’entrée de Gland ont d’ailleurs été vandalisés. Ils sont la propriété de la commune mais l’artiste regrette: «Ce sont des pièces uniques, on ne peut pas remplacer ce qui a été cassé», lâche-t-il.

Le «poète de la rouille» retrouve le sourire lorsqu’il pousse la porte de l’ancienne grange où se cachent quelques-unes de ses créatures métalliques. Entre cartons remplis de livres, vélos poussiéreux et montagnes de tableaux, Manuel soulève une bâche et dévoile un oiseau-pioche, des araignées-passoires… Il ne dit pas «c’est beau», mais «c’est marrant», parce que sa maxime en art comme dans la vie, c’est à l’écrivain Alphonse Allais qu’il l’emprunte: «Un homme qui ne rit jamais, c’est quelqu’un de pas sérieux.»


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Résumé de la semaine

Ne ratez plus rien de l'actu locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque samedi toutes les infos essentielles de la semaine !

Recevez chaque samedi les infos essentielles de la semaine !

À lire aussi...

SondageNyon répond-elle aux besoins des piétons?Nyon répond-elle aux besoins des piétons?

VichVich: pour sauver son resto, elle compte sur vousVich: pour sauver son resto, elle compte sur vous

Domaine skiableLes pistes de la Dôle fermeront samediLes pistes de la Dôle fermeront samedi

Les pistes de la Dôle fermeront samedi

Ouvertes le 6 février, les pistes de Jura sur Léman vont déjà fermer samedi. En cause notamment la faible fréquentation...

  04.03.2021 08:46

Communales 2021Perroy a l’embarras du choix pour dépasser les tensions du passéPerroy a l’embarras du choix pour dépasser les tensions du passé

PrécaritéNyon: l’épicerie solidaire, pourtant essentielle, a fermé ses portesNyon: l’épicerie solidaire, pourtant essentielle, a fermé ses portes

Top