19.02.2020, 19:42

Ils ont un hobby illégal: visiter des lieux abandonnés

Premium
chargement
L'urbex est une pratique illégale car elle demande d'entrer dans un lieu privé.

Région Usines désaffectées, maisons abandonnées ou abattoirs fermés: les amateurs d’exploration urbaine sillonnent la région en quête de lieux singuliers porteurs de traces du passé. Cette pratique a un nom: l’urbex. Et elle est grandissante. Récit en dessins.

«Je n’ai pas l’impression de faire quelque chose d’illégal», assure Jérôme*, en grimpant par-dessus la barrière qui entoure une usine désaffectée à Etoy. Quelques mètres plus loin, un panneau «entrée interdite» est accroché à ce même grillage. Le jeune homme n’a pas hésité une seule seconde avant de se hisser de l’autre côté.

Jérôme n’en est pas à son coup d’essai. Depuis tout petit, il aime visiter des endroits abandonnés. Cette pratique porte depuis quelque temps un nom: l’urbex, soit l’exploration urbaine. Le but? Entrer dans un lieu qui a...

À lire aussi...

Carnet noirÂme de la Croix-verte, Rosemarie Bagnoud s’en est alléeÂme de la Croix-verte, Rosemarie Bagnoud s’en est allée

EntraideVaud: le canton met en place un système d’aide généraliséVaud: le canton met en place un système d’aide généralisé

SolidaritéA Nyon, des fleurs pour la voisine et des liens pour toujoursA Nyon, des fleurs pour la voisine et des liens pour toujours

TourismeFlâner sur les quais de Nyon et Morges depuis son canapéFlâner sur les quais de Nyon et Morges depuis son canapé

SolidaritéCoronavirus: la lettre aux aînés de Laurent FlutschCoronavirus: la lettre aux aînés de Laurent Flutsch

Top