29.10.2015, 16:54

Le plus vieux gypaète connu au monde rejoindra la Garenne

chargement
1/3  

 29.10.2015, 16:54 Le plus vieux gypaète connu au monde rejoindra la Garenne

Le Vaud L'oiseau, décédé au mois de février, père de 26 oisillons dont 13 relâchés dans les Alpes, a été naturalisé par le Musée cantonal de zoologie. La Garenne lui porte une valeur sentimentale, l'animal sera exposé dans le nouveau parc animalier.

Athos, le célèbre mâle gypaète du parc de La Garenne à Le Vaud, est décédé le 3 février dernier. En tant que père de 26 oisillons, dont 13 relâchés dans les Alpes, Athos a une valeur scientifique primordiale. Mais il a également une valeur sentimentale importante pour La Garenne, puisqu’il y habitait depuis 43 ans!

Après avoir fait des prélèvements de tissus destinés aux collections génétiques, Athos sera préparé par André Keiser, taxidermiste au Musée cantonal de zoologie à Lausanne, fin octobre et rendu à La Garenne où il sera visible du public dès l’ouverture du nouveau parc le 19 mars 2016.

Formellement, le Gypaète appartiendra au musée, dont le rôle est de conserver ce patrimoine cantonal. Mais il est également un symbole de l’action de La Garenne. Il sera donc en prêt à durée indéterminé ;» auprès de cette institution. Depuis plusieurs années, La Garenne et le Musée cantonal de zoologie collaborent, ce dernier se chargeant de mettre en collection les animaux sauvages qui n’ont pas réussi à être sauvés centre de soins. C’est une source importante pour un musée dont l’expertise permet non seulement de conserver les animaux morts, mais également les données scientifiques relatives aux animaux, comme l’origine, la date de décès et bien sûr le matériel génétique.

L'histoire de la Garenne et d'Athos se confondent

L’histoire de la Garenne se confond avec celle d’Athos, décédé à l’âge de 47 ans, un des plus vieux connus au monde. Il est arrivé à la Garenne à l’âge d’au moins 4 ans en 1972. Il fut rejoint en 1978 par une femelle. Il s’agissait de participer aux débuts du programme de reproduction pour la réintroduction de l’espèce dans les Alpes, où l’espèce avait disparu depuis un siècle. Athos a été le plus grand contributeur de la population naturelle vivant dans les Alpes, au point que son patrimoine génétique y devenait très important. Jusqu'en 1985, les neuf jeunes nés à la Garenne ont été placés dans d'autres centres pour renforcer le réseau de reproduction. En 1987, pour la première fois un des jeunes nés à la Garenne est relâché, dans les Alpes en Autriche. La première naissance d’un gypaète en milieu naturel dans les Alpes date de 1997 après un siècle d’absence. Sa mère était née en 1989 à la Garenne et avait été lâchée en Haute-Savoie en France.

COMMUNIQUÉ

Top