31.12.2019, 05:00

Les commerces, nouveaux refuges pour les victimes de violences

Premium
chargement
Plusieurs entreprises de la région, comme ici la boulangerie Raphaël à Gland, ont déjà adopté l'autocollant "Patouch" indiquant aux victimes de violences qu'elles peuvent trouver refuge dans leurs locaux.

Opération Patouch Des commerçants de la région affichent leur engagement contre le harcèlement, en collaboration avec l’association Patouch. Et offrent des zones de refuge pour les victimes de violences physiques ou psychologiques.

Sonia a 14 ans et se sent suivie. Elle a peur, ne sait pas quoi faire. Sur la porte d’une épicerie, elle voit l’autocollant au hérisson. Et cette inscription: «Patouch». Elle respire, sait qu’elle pourra y trouver un refuge, une oreille attentive, une épaule.

En Suisse, 30 000 à 50 000 enfants sont chaque année victimes de violences physiques ou psychologiques. Ces chiffres alarmants ne cessent de gonfler. Inadmissible pour l’association Patouch qui...

À lire aussi...

Violences conjugales [1/2]Violences conjugales: «Il me traitait de merde. Et j'y ai cru»Violences conjugales: «Il me traitait de merde. Et j'y ai cru»

«Il me traitait de merde. Et j'y ai cru»

Le 25 novembre était la Journée internationale contre les violences faites aux femmes. Quitter cet enfer n’est pas...

  28.11.2019 18:00
Premium

Violences conjugales [2/2]Les violences conjugales, des cas complexes pour la policeLes violences conjugales, des cas complexes pour la police

Cour des ComptesVaud: des pistes pour combattre le harcèlementVaud: des pistes pour combattre le harcèlement

Top