Meurtre de Cointrin: "Comprendre la dynamique infernale"

chargement

Justice La Rolloise qui a engagé un tueur à gages pour éliminer son mari craque, l'avocat de sa mère parle de bonne foi de sa cliente.

Par Laurent Morel
  30.05.2012, 11:15
1/3  

Place aux plaidoiries des avocats de la défense mercredi au Palais de Justice de Genève. Le médiatique Me Robert Assaël a pris la parole en premier. A ce moment, K., qui a engagé P., un tueur à gages, pour éliminer son mari Pierre Silvano dans la nuit du 25 au 26 novembre 2008 à Cointrin, était en pleurs. La Rolloise de 38 ans, dévastée, ne s'est semble-t-il pas remise de la plaidoirie de Me Llorella Bertani, qui l'avait accusé de toutes parts durant deux heures mardi soir. Car la plupart des preuves et des faits relevés par l'avocate étaient irréfutables.

Lorsque Me Assaël, avocat de N. (67 ans), la mère de K., qui réside dans une villa à Rolle, a parlé de sa cliente, la femme de la victime a encore craqué. Car elle se sent mal d'avoir impliqué sa mère, avec qui elle entretient une relation fusionnelle, dans cette sordide affaire en lui demandant d'avancer 25'000 francs, soit la moitié de la somme demandée par le tueur à gages. La sexagénaire comparait libre au procès après avoir versé une caution de 500'000 francs il y a deux ans. En parlant de la victime, Me Assaël a parlé de «mort injuste».

La bonne foi de la sexagénaire rolloise

L'avocat a tenté de revenir «sur le chemin de vie des Rolloises, de comprendre la dynamique infernale» qui a poussé K. a commanditer le «meurtre de Cointrin». Conscient que «rien ne justifiait cet acte», Me Assaël a fait une sorte de mea culpa de sa cliente tout en soulignait que celle-ci «pouvait penser de bonne foi qu'elle et sa fille étaient menacées» par Pierre Silvano «l'ange et le diable».

Ce dernier avait déjà dû faire face lors d'une première séparation en 2004 à une plainte pénale pour «harcèlement» envers les Rolloises, qui s'était conclue à l'amiable. Plus tard, K. s'était remise avec Pierre Silvano. Les deux tourtereaux se sont même mariés en 2005 à Las Vegas. Mais N. n'était pas au courant de toute la relation entre eux car sa fille ne lui a apparemment pas tout dit. C'est du moins ce que défend Me Assaël.

Meurtre ou assassinat?

Pour rappel, la défense plaide le meurtre alors que la partie civile souhaite que l'assassinat ou l'instigation à assassinat avec préméditation et sans circonstance atténuante soit retenue pour les quatre accusés que sont K., sa mère, P. et l'entremetteur, qui aurait permis aux Rolloises de rencontrer le tueur présumé. Ils risquent tous la prison à vie s'ils sont reconnus coupables. Le tribunal criminel de Genève doit se prononcer sur leur culpabilité avant de délibérer sur la peine. Le procès doit se terminer vendredi.

Plus d'informations dans l'édition de La Côte de jeudi.


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Résumé de la semaine

Ne ratez plus rien de l'actu locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque samedi toutes les infos essentielles de la semaine !

Recevez chaque samedi les infos essentielles de la semaine !

À lire aussi...

PolitiqueMontricher a vécu sa première Landsgemeinde sous tente, en plein champMontricher a vécu sa première Landsgemeinde sous tente, en plein champ

FestivalLe beau retour de Paléo qui renaîtra avec Stromae en 2022Le beau retour de Paléo qui renaîtra avec Stromae en 2022

SociétéA Prangins, la gratuité de la plage n’est pas remise en causeA Prangins, la gratuité de la plage n’est pas remise en cause

Gland et régionGland et région: pas de constructions massives avant la nouvelle station d’épurationGland et région: pas de constructions massives avant la nouvelle station d’épuration

Restriction de circulationLa route entre Gimel et Saint-George est ferméeLa route entre Gimel et Saint-George est fermée

Top