08.12.2017, 00:01

Shirley Etaix fait valser les glaces et les noctambules

Abonnés
chargement
Shirley Etaix est à la tête du magasin de crèmes glacées italiennes depuis 1997. Venezia Rolle est devenu Gelato Art by Venezia.

 08.12.2017, 00:01 Shirley Etaix fait valser les glaces et les noctambules

ROLLE La Nyonnaise a ouvert une boutique de glaces dans la Grand-Rue en 1997. Une véritable institution. Elle nourrit le projet d’offrir à la ville également ses talents dans l’événementiel.

La dame des glaces se transforme parfois, la nuit, en clubbeuse infatigable, organisatrice de soirées enfiévrées au son des DJ venus d’Angleterre. «Madame glace», comme elle se nomme elle-même, a plus d’un tour dans son sac. Si, depuis vingt ans dans la Grand-Rue à Rolle, Shirley Etaix régale les amateurs de douceurs glacées venues d’Italie, la Nyonnaise a débuté...

La dame des glaces se transforme parfois, la nuit, en clubbeuse infatigable, organisatrice de soirées enfiévrées au son des DJ venus d’Angleterre. «Madame glace», comme elle se nomme elle-même, a plus d’un tour dans son sac. Si, depuis vingt ans dans la Grand-Rue à Rolle, Shirley Etaix régale les amateurs de douceurs glacées venues d’Italie, la Nyonnaise a débuté depuis quelques années une activité dans le domaine de la Musique qui commence à avoir un joli succès.

Jusqu’à ce jour, c’est la ville où elle réside, Gland, et Lausanne qui ont eu le droit de vibrer au son de la musique électronique, mixée par des DJ venus d’Angleterre – son pays d’origine – et des musiciens de la région. Nyon se souvient encore des electronic groove sessions organisées au Cactus Jack fin 2016 ou Gland du petit Nouvel an au Bulls Pub. La réputation de Shirley Etaix, à la tête de sa société événementielle IC-Music, s’est étendue jusqu’à Lausanne, où elle a également organisé des soirées.

Le cœur et les projets à Rolle

La Perle du Léman pourrait bien à son tour connaître une vague electro fulgurante. «J’ai un grand projet en vue, je souhaite mettre Rolle sur la carte et pas seulement pour ses glaces l’été», indique-t-elle, volontairement mystérieuse. Si Shirley Etaix est Nyonnaise, beaucoup l’associent à Rolle. Et pour cause. C’est là qu’elle a passé le plus clair de son temps professionnel et là qu’elle entend faire rayonner la ville, l’an prochain, sur un plan musical et événementiel.

Shirley Etaix a ouvert le commerce de glaces Venezia Rolle en 1997 en association avec Daniele Donà, son compagnon à l’époque. Depuis 2005, la Nyonnaise est devenue indépendante mais tient à se fournir auprès de l’artisan glacier qui fabrique et vend ses crèmes glacées à Nyon.

Récemment, Shirley Etaix a décidé de mettre davantage en évidence l’identité rolloise en changeant le nom de la petite boutique: de Venezia Rolle, elle est devenue Gelato Art by Venezia. Une mue qui colle parfaitement avec la nouvelle couleur de la petite maison, sise à la Grand-Rue 30, qui est passée du jaune citron au rouge passion.

A l’origine du Grec

Shirley Etaix n’est pas que «Madame glace» à Rolle, elle est également l’une des porte-paroles du Groupement rollois des entreprises et commerçants (Grec). Avec Margareth Ruchti, elle est l’une des membres fondatrices de l’entité qui a vu le jour en 2012. Il y a quelques jours encore, elle participait à la confection des 400 petits paquets que les enfants ont reçus lors de la fête de l’avent organisée dimanche par le Grec.

«La Suisse m’a donné beaucoup d’opportunités et surtout la ville de Rolle qui a étégentille avec moi, affirme-t-elle avec son accent inimitable. Mes clients sont avant tout des Rollois et des gens de la région. Grâce à eux, je peux payer mes factures.»

Reconnaissante envers le pays qui l’a adoptée et dont elle est aujourd’hui citoyenne, Shirley Etaix se souvient: «Je suis venue avec une petite valise. J’ai construit ici une vie, tant privée que professionnelle, je suis une immigrée, pas une expatriée», tient-elle à préciser.

La Suisse l’emporte sur l’Australie

L’Anglaise de Bristol a débarqué en Suisse en 1983 en tant que jeune fille au pair à Coppet. Trente-quatre ans plus tard, elle est toujours là. «L’amour et le pays m’ont fait rester», dit-elle aujourd’hui. Ce n’est pas faute d’avoir essayé de quitter la Suisse. «Mon rêve, depuis toute petite, c’était d’aller habiter en Australie». En 1989, elle s’est envolée avec son compagnon italien pour Sudden Island afin de gérer un petit hôtel. La Nyonnaise s’était entre-temps formée à l’Hôtel du lac à Coppet.

«Mais la Suisse nous manquait», se souvient-elle. De retour en terres nyonnaises, elle a été, durant six ans, chef de réception au Beau Rivage à Nyon. Pendant ce temps, Daniele Donà a débuté son activité de glacier à Rive, à Nyon, en 1990. Sept ans plus tard, il a proposé à son amie anglaise d’être son associée à Rolle. «J’ai des clients qui étaient des enfants en 1997 et qui, aujourd’hui, viennent avec leur propre enfant. Je suis devenue un petit peu la grand-maman des glaces!»

Depuis 1997, le succès de la petite boutique, dû tant à la qualité des glaces qu’à celle de l’accueil, n’a cessé de croître. Même pendant les travaux dans la Grand-Rue, les clients faisaient la file, contournant trous et obstacles, patientant jusqu’à 20 minutes.

«Je suis toujours ébahi de voir, l’été, une queue incroyablement longue de personnes prêtes à braver la chaleur pour commander une glace chez elle. Il est vrai qu’avec les années, sa réputation n’est plus à faire et je suis persuadé que beaucoup de personnes s’arrêtent à Rolle juste pour cela», commente le syndic Denys Jaquet.


Vous avez lu gratuitement
une partie de l'article.

Pour lire la suite :

Profitez de notre offre numérique dès Fr 2.- le 1er mois
et bénéficiez d'un accès complet à tous nos contenus

Je profite de l'offre !
Top