04.08.2017, 00:01

Un livre pour raconter sa «renaissance»

Premium
chargement
Sophie Parlatano Erbrich se forme depuis deux ans à l’écoute thérapeutique centrée sur la personne.

 04.08.2017, 00:01 Un livre pour raconter sa «renaissance»

ARNEX Après avoir découvert qu’elle souffrait de la maladie de Crohn, Sophie Parlatano Erbrich a rédigé un premier récit autobiographique.

marion police

info@lacote.ch

Sophie Parlatano Erbrich n’a pas l’habitude qu’on lui pose des questions. D’ordinaire, c’est plutôt elle qui les pose. Cette mère de trois enfants, originaire de Genève, est en effet correspondante pour le «Quotidien de La Côte» depuis cinq ans: «A travers les articles, principalement des portraits, j’ai réalisé que j’aimais la rencontre. Nous sommes des êtres de relation, c’est passionnant», note-t-elle. Mais si elle est aujourd’hui attablée devant sa bibliothèque bien remplie, c’est pour parler de son premier livre qui vient d’être publié aux éditions genevoises 5 Sens.

L’ouvrage intitulé «Petite voie intérieure» retrace, par petites touches et sur le ton de la confidence, le douloureux cheminement de son auteure à travers la maladie de Crohn – inflammation chronique intestinale difficile à traiter – jusqu’à sa «renaissance» atteinte en dehors de la médecine traditionnelle.

Une vie chamboulée

En 2008, Sophie Parlatano Erbrich s’est soudainement retrouvée aux urgences où on lui a diagnostiqué la maladie de Crohn. Elle n’avait rien senti venir. Confrontée aux lourds symptômes, au corps médical, aux traitements, elle a commencé à s’interroger profondément sur son identité et sur sa façon de vivre.

«C’était sûrement un signal d’alarme (…). Dans les médecines orientales, on dit souvent qu’il y a un rapport entre le corps et les émotions. Là, je regrette de ne pas avoir eu l’occasion de discuter avec les médecins de la façon dont je vivais mon mal», glisse Sophie Parlatano Erbrich. Après des complications, dont un eczéma sévère, la mère de famille a compris qu’il était temps pour elle de s’écouter. «Il fallait que je renoue avec mes besoins. C’est très condensé dans le livre mais cela m’a pris plusieurs années», ajoute-t-elle.

Soignée par la lecture et les rencontres

Dans sa jeunesse, l’habitante d’Arnex-sur-Nyon avait étudié les lettres mais avait ensuite petit à petit délaissé la lecture et l’écriture. Les livres l’ont finalement rattrapée au moment où elle cherchait un sens à ce qui s’abattait sur elle.

«C’était une lecture boulimique sur des sujets qui n’avaient pas forcément de liens. Mais j’ai trouvé des réponses, même dans les romans», détaille Sophie Parlatano Erbrich. De nombreuses rencontres l’ont aussi aidée. Elle souligne ainsi que son récit est une marque de gratitude: «J’ai écrit avec l’objectif que cela soit lu, pour remercier les personnes qui ont croisé mon chemin. Je voulais qu’il reste une trace.» L’écriture, justement, l’auteure a renoué avec grâce à sa fonction de pigiste. Ce moyen d’expression, elle l’a privilégié dans une situation où «tout ne peut pas se raconter à l’oral».

Aider à son tour

Si «Petite voie intérieure» est le fruit d’un besoin, il n’en est pas moins une main tendue à toutes les personnes en souffrance: «Peut-être que cela pourra aider d’autres à se responsabiliser, à ne pas juste subir (…). La maladie ne vient pas par hasard, j’invite les gens à être à l’écoute d’eux-mêmes», déclare Sophie Parlatano Erbrich, qui tient cependant à rappeler qu’il s’agit de son parcours personnel et qu’il n’est pas question de polémiquer sur la légitimité de la médecine classique.

Cette épreuve aura en tout cas donné lieu à une vocation puisque, depuis deux ans, l’écrivaine se forme à l’écoute thérapeutique centrée sur la personne. Elle espère un jour ouvrir son propre cabinet pour accompagner tout individu qui aurait besoin d’écoute durant un moment difficile.

En attendant d’être diplômée, elle doit promouvoir son livre: «Au début, je n’osais pas l’ouvrir (rires). Je me familiarise avec mais je ne l’ai pas relu», conclut Sophie Parlatano Erbrich, qui sera notamment présente au prochain Salon des petits éditeurs, le 4 novembre au Grand-Saconnex à Genève.

«Petite Voie intérieure», publié aux éditions 5 Sens, est notamment disponible chez Payot Nyon.


Vous avez lu gratuitement
une partie de l'article.

Pour lire la suite :

Profitez de notre offre numérique dès Fr 2.- le 1er mois
et bénéficiez d'un accès complet à tous nos contenus

Je profite de l'offre !
Top