27.12.2017, 00:01

Une grande dame s’est éteinte

Abonnés
chargement
Gabrielle Ethenoz-Damond laissera une trace indélébile.

 27.12.2017, 00:01 Une grande dame s’est éteinte

HOMMAGES Le récent décès de la socialiste Gabrielle Ethenoz-Damond, à 97 ans, a fait réagir les politiques de tous bords.

Il y a des femmes qui marquent leur époque. Gabrielle Ethenoz-Damond en fait partie. Décédée ce samedi 23 décembre à l’EMS du Midi, à Nyon, elle a été une figure de la lutte pour l’égalité. «J’étais tellement habitué à ce qu’elle soit là... J’ai de la peine à imaginer...

Il y a des femmes qui marquent leur époque. Gabrielle Ethenoz-Damond en fait partie. Décédée ce samedi 23 décembre à l’EMS du Midi, à Nyon, elle a été une figure de la lutte pour l’égalité. «J’étais tellement habitué à ce qu’elle soit là... J’ai de la peine à imaginer que ce n’est plus le cas, souffle Guy-François Thuillard, ancien conseiller communal socialiste. Gabrielle était très généreuse, ouverte et nous combattions pour les mêmes idées. Je suis encore sous le coup de l’émotion.»

Elle était matheuse, syndicaliste, politicienne, socialiste et encore féministe. Mais avant tout, Gabrielle Ethenoz-Damond était une femme de convictions. Née en avril 1921 à Nyon, elle a siégé durant 57 ans au Conseil communal. Elle devient la première femme a siéger au délibérant nyonnais, après qu’elle a remplacé son père, démissionnaire, en 1960. Deux ans plus tard, elle accédait au Grand Conseil vaudois, à sa plus grande surprise. «Gaby a toujours su se faire sa place toute seule. Elle a toujours été claire et investie jusqu’au bout, se souvient Dominique Karlen, chef du groupe socialiste nyonnais. Elle brillera dans nos cœurs et restera toujours là.»

Longévité politique

Femme de convictions, elle a su se faire respecter de ses adversaires politiques. «Je suis bien triste, c’est quelqu’un que j’appréciais beaucoup, témoigne Jacky Colomb, conseiller communal du Parti indépendant. Elle était très posée, sensée. Elle ne prenait pas souvent la parole, mais quand elle le faisait c’était toujours de manière très réfléchie et en faveur du bien commun.»

De plus, sa longévité dans les instances politiques en a séduit plus d’un. «Gabrielle a toujours été réélue, même à un âge respectable. Je crois que ça veut tout dire, se souvient Christian Perrin (PLR), bien installé lui aussi dans les rangs du Conseil communal. Il fallait énormément de courage pour le faire. Dès que les dames ont eu le droit de vote et d’éligibilité, elle s’est immédiatement présentée.»

L’octroi des droits politiques pour les femmes a été un de ses grands combats. Elle n’est d’ailleurs pas étrangère au fait que le canton de Vaud ait été le premier à les accorder aux femmes, en 1959. «En ce sens, on peut dire qu’elle a rendu service au pays tout entier», affirme Daniel Rossellat, le syndic de Nyon.

Une source d’inspiration

Au début des années 1960, alors qu’elle est au four et au moulin pour la Fédération du bois et du bâtiment (FOOB), un syndicat, elle rencontre Albert Ethenoz, l’homme à tout faire de la fabrique de ski Nidecker. A 43 ans, elle accepte de l’épouser. Mais elle choisit de garder son nom de famille. «A l’époque, cela ne se faisait pas, lançait-elle dans nos colonnes en août 2015. Mais ça m’était égal.»

En 1965, elle deviendra la première femme à présider ce même Conseil. «Dans la salle, il y avait des hommes qui avaient été à l’école avec moi. Ils se croyaient obligés de me souffler ce que je devais dire. Je n’avais pas tellement apprécié!», se souvenait-elle en février dernier, suite à sa démission. «Jusqu’à la fin, elle présidait des séances de commission d’une main de fer et rédigeait ses rapports seule, se remémore la socialiste Jessica Jaccoud. C’est une vraie source d’inspiration.»

Femme d’exception au parcours remarquable et remarqué, elle était en lice pour devenir la «Personnalité La Côte 2017».

Le service funèbre aura lieu ce vendredi 29 décembre, au temple de Nyon (14h).


Vous avez lu gratuitement
une partie de l'article.

Pour lire la suite :

Profitez de notre offre numérique dès Fr 2.- le 1er mois
et bénéficiez d'un accès complet à tous nos contenus

Je profite de l'offre !
Top