07.08.2015, 10:54

Deux membres présumés des "Pink Panthers" jugés à Genève

chargement
La justice genevoise juge ce lundi deux membres présumés des "Pink Panthers" qui avaient commis un braquage de bijouterie à Lucerne, en mars 2012.

Justice Soupçonnés d'avoir participé en mars 2012 au braquage d'une bijouterie à Lucerne, deux membre présumés des "Pink Panthers" comparaissent à Genève ce lundi.

Deux membres présumés de la bande des "Pink Panthers" ont comparu lundi à Genève devant le Tribunal correctionnel. Ils ont participé en mars 2012 au braquage d'une bijouterie à Lucerne, s'emparant de 78 montres représentant un butin de près de 1,3 million de francs.

La procureur Nathalie Magnenat-Fuchs a souligné le professionnalisme des deux hommes, qui ont, selon elle, préparé leur coup avec minutie. L'attaque de la boutique a duré moins de 90 secondes, a rappelé la magistrate. Les prévenus ont agi avec un comparse. Détenu, il sera jugé ultérieurement.

De Lucerne à Genève

Ce troisième homme est notamment soupçonné d'avoir pris part au braquage, en août 2009, de la bijouterie Chatila, à Genève. Cette affaire a conduit le canton de Lucerne à confier l'ensemble du dossier à la justice genevoise, lui permettant ainsi de mener les investigations nécessaires pour juger ce complice.

La représentante du Ministère public a requis 5 et 4 ans de prison contre les deux prévenus. Alors que l'un des hommes n'a pas d'antécédents judiciaires, l'autre avait déjà été arrêté en France il y a une dizaine d'années et avait été condamné à une peine de prison pour une attaque similaire contre une bijouterie.

Arme factice

Soulignant que les deux hommes ont déjà passé près d'une année en détention préventive, la défense des accusés a réclamé des peines compatibles avec le sursis. L'arme avec laquelle les employés de la bijouterie Swiss Lion ont été menacés était un pistolet d'alarme qui ne fonctionnait pas, ont-ils rappelé.

Selon les avocats, les accusés étaient en Suisse dans le but d'acheter des voitures d'occasion.

Des explications que Mme Magnenat-Fuchs a balayé d'un revers de main. Selon elle, les prévenus ne sont en aucun cas des amateurs. Ils ont sillonné la Suisse "pour trouver l'endroit idéal afin de commettre un braquage". L'attaque a été "brutale, violente et effrayante".

La procureure est persuadée que les accusés, originaires du Montenegro, font partie des "Pink Panthers". Cette bande des Balkans écume depuis des années les bijouteries d'Europe. Fonctionnant sans véritable hiérarchie, elle est connue pour ses attaques éclairs sans effusion de sang.

Le butin du braquage de la bijouterie Swiss Lion a été entièrement récupéré, à l'exception d'une montre. Les accusés ont été arrêtés dans l'appartement qui leur servait de cache, à une soixantaine de kilomètres de Lucerne.


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Top