06.05.2020, 16:10

Les vignes genevoises ont besoin des travailleurs venus d’ailleurs

chargement
Des travailleurs saisonniers portugais s'affairent à effeuiller la vigne dans le Domaine des Vignolles, ce mercredi à Bourdigny, près de Genève.

Genève Lundi, un vol charter Swiss en provenance de Porto, avec à son bord 141 personnes, a atterri à l’aéroport de Genève. Les passagers de cet avion viennent travailler pendant deux mois dans les vignes du canton ou apporter une aide aux maraîchers du coin.

En temps normal, ces travailleurs saisonniers seraient venus facilement à Genève. Mais la crise liée à la pandémie de Covid-19 a tout compliqué. Il a fallu affréter un avion. Entre juin et juillet, 3 autres vols sont prévus. Il s’agira cette fois de vols réguliers depuis Lisbonne et Porto, indique la compagnie Swiss.

Les employés portugais ne débarquent pas en terre inconnue. «Certains viennent régulièrement depuis 20 ans», explique Bernard Vulliez, vigneron à Satigny (GE). Beaucoup travaillent dans la vigne et connaissent très bien le métier. En cette période de l’année, les ceps doivent être effeuillés et préparés pour la saison suivante.

Les viticulteurs et les maraîchers genevois auraient pu essayer de trouver des travailleurs locaux, surtout que de nombreuses personnes se retrouvent au chômage partiel à cause de la crise sanitaire ou pire, ont perdu leur emploi. Mais ils privilégient ce personnel étranger pour plusieurs raisons.

Fidélité

Ces saisonniers ont l’avantage d’être là pendant deux mois. «Un Genevois est venu me voir et m’a expliqué qu’il ne comptait rester que deux semaines, car il devait ensuite reprendre le travail», explique M.Vulliez. Quant aux chômeurs de longue durée, ils se présentent généralement pour recevoir un tampon.

Le risque d’engager local est aussi que les saisonniers habituels aillent voir ailleurs et ne reviennent plus l’année suivante. Parmi les passagers de l’avion arrivé à Genève lundi, dix sont employés par M.Vulliez. Les autres saisonniers de la viticulture se sont débrouillés pour venir par leurs propres moyens.

L’activité d’effeuillage est assez astreignante. La journée commence à sept heures du matin et on travaille neuf heures par jour. «Un employé nous coûte 22 francs l’heure», relève le vigneron de Satigny. Les charges sociales sont payées et les vacances sont prises en compte. Les saisonniers sont aussi logés.
 

ATS

Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Résumé de la semaine

Ne ratez plus rien de l'actu locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque samedi toutes les infos essentielles de la semaine !

Recevez chaque samedi les infos essentielles de la semaine !

À lire aussi...

AccidentGenève: une collision frontale fait un mort au Grand-SaconnexGenève: une collision frontale fait un mort au Grand-Saconnex

LoisirsVacances: comment se faire rembourser en cas d’annulation?Vacances: comment se faire rembourser en cas d’annulation?

Frais professionnelsLes magistrats de la Ville de Genève ont nettement moins dépenséLes magistrats de la Ville de Genève ont nettement moins dépensé

JusticeFemmes à agressées à Genève: quatre condamnations, une relaxeFemmes à agressées à Genève: quatre condamnations, une relaxe

JusticeFemmes agressées à Genève: 13 ans de prison requis pour un des accusésFemmes agressées à Genève: 13 ans de prison requis pour un des accusés

Top