01.07.2020, 13:16

Police: pas de muselière pour Pierre Maudet

chargement
Les syndicats policiers UPCP et SPJ demandaient que Pierre Maudet soit écarté de ce dossier à cause de l'enquête pénale dont il fait l'objet.

Tribunal fédéral Le conseiller d’Etat pourra participer aux discussions concernant le nouveau plan de prévoyance des policiers et des gardiens de prison.

Le conseiller d’Etat genevois Pierre Maudet ne sera pas exclu des discussions du gouvernement cantonal sur le nouveau plan de prévoyance des policiers et des gardiens de prison. Le Tribunal fédéral a rejeté le recours déposé par les syndicats policiers UPCP et SPJ. Ils demandaient que Pierre Maudet soit écarté de ce dossier à cause de l’enquête pénale dont il fait l’objet.

Les syndicats estimaient que le conseiller d’Etat ne pouvait intervenir sur les droits de retraite des inspecteurs qui enquêtent à son sujet. Pierre Maudet est notamment prévenu par la justice genevoise d’acceptation d’avantages dans le cadre d’un voyage effectué à Abu Dhabi avec ses proches et d’argent reçu par un groupe hôtelier dans le cadre d’une de ses campagnes.

Dans un arrêt publié mercredi, le Tribunal fédéral a confirmé le jugement rendu par la Chambre administrative de la Cour de justice du canton de Genève. Les juges de Mon Repos constatent que Pierre Maudet s’est vu retirer la responsabilité du département de la sécurité afin d’éviter tout soupçon de conflit d’intérêts ou d’intrusion dans la procédure pénale.

Le conseiller d’Etat est maintenant en charge du département du développement économique. A cette fonction, le magistrat ne dispose plus d’aucun pouvoir hiérarchique sur les enquêteurs en intervenant au sein du collège gouvernemental sur les questions concernant la caisse de prévoyance des fonctionnaires de police et des établissements pénitentiaires, souligne le TF.

«L’on ne voit pas en quoi cette participation (aux discussions de l’exécutif) serait susceptible d’influer, même très indirectement, sur l’enquête dirigée contre lui», poursuivent les juges dans leur arrêt. Les frais judiciaires, qui s’élèvent à 2000 francs, sont mis à la charge des syndicats de police. (Arrêt 1C_663/2019 du 25 mai 2020)

ATS

Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Résumé de la semaine

Ne ratez plus rien de l'actu locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque samedi toutes les infos essentielles de la semaine !

Recevez chaque samedi les infos essentielles de la semaine !

À lire aussi...

IntempériesOrage sur Genève: les pompiers sont intervenus 260 fois, des parcs temporairement fermésOrage sur Genève: les pompiers sont intervenus 260 fois, des parcs temporairement fermés

PandémieCoronavirus: Genève pourrait être considéré comme une région à risque depuis 2 semainesCoronavirus: Genève pourrait être considéré comme une région à risque depuis 2 semaines

intempériesUn violent orage a balayé le canton de Genève: une partie du trafic interrompu et le n°118 surchargéUn violent orage a balayé le canton de Genève: une partie du trafic interrompu et le n°118 surchargé

noyadeGenève: le nageur disparu dimanche retrouvé sans vie au barrage de VerboisGenève: le nageur disparu dimanche retrouvé sans vie au barrage de Verbois

CoronavirusGenève tire un premier bilan positif de l’enseignement à distanceGenève tire un premier bilan positif de l’enseignement à distance

Top