Imprimeries réunies de Renens: la moitié des emplois préservés

chargement

économie Du nouveau dans l'affaire des Imprimeries réunies de Renens (IRL). Une partie des activités de Swissprinters est reprise par une nouvelle société permettant de sauver 71 emplois.

  28.08.2012, 16:00
Du nouveau dans l'affaire des Imprimeries réunies de Renens (IRL). Une partie des activités de Swissprinters est reprise par une nouvelle société permettant de sauver 71 emplois.

Le ciel s'éclaircit pour certains employés des Imprimeries réunies de Renens (IRL): une partie des activités de Swissprinters est reprise par une nouvelle société. Ce qui permettra de sauvegarder 71 emplois sur les 126 actuels. Les collaborateurs devront toutefois consentir à une baisse de 15% de leurs salaires.

La nouvelle a été saluée mardi matin par les employés des IRL informés en primeur à Renens, a expliqué devant la presse le conseiller d'Etat Philippe Leuba, en charge de l'économie. Suite à l'annonce en juillet dernier de la fermeture du site, un groupe de travail réunissant les responsables de Swissprinters, les repreneurs potentiels et des autorités cantonales et communales de Renens s'est formé pour plancher sur une solution alternative.

Concrètement, il s'agit de créer une nouvelle société, dénommée "IRL +", conduite par Michel Berney, ancien directeur des services et imprimeries du groupe Edipresse. Cette entité reprendra une partie des activités de la filiale de Swissprinters à Renens.

Baisse des salaires

Dès le 1er octobre, le site des IRL poursuivra la production des travaux de rotative offset labeur et l'impression offset feuilles, grâce notamment à l'acquisition d'une nouvelle machine de 10 couleurs, rachetée pour plus de deux millions à Swissprinters. "Le projet répond aux objectifs: préserver le maximum d'emplois et un savoir-faire unique en Suisse romande et assurer la viabilité économique à long terme", a souligné Philippe Leuba.

Au final, 69 emplois, voire 71, sur 126 seront préservés, ce qui représente plus de la moitié des postes de travail. Les collaborateurs devront toutefois consentir à une baisse de 15% de leurs salaires. La procédure de consultation pour les emplois restants a en outre été prolongée jusqu'au 24 septembre prochain.

Caution du canton

Les repreneurs cautionnent un prêt bancaire de trois millions à hauteur de 500.000 francs et le canton à hauteur d'un million. En outre, la Coopérative romande de cautionnement a été approchée pour une contribution de 500.000 francs. La Municipalité de Renens, de son côté, soumettra prochainement au Conseil communal une proposition d'arrière cautionnement de 200.000 francs. Enfin, des locaux seront loués à Renens.

Le groupe Swissprinters est né en 2005 de la fusion de toutes les entreprises d'impression non liées aux journaux de Ringier SA et du groupe médias NZZ. En 2006, le groupe de médias romand Edipresse est entré comme actionnaire de Swissprinters.

Au milieu de l'année 2012, le groupe a achevé la consolidation de son activité d'impression offset rotative dans un seul site de la Suisse alémanique et fermé les unités de St-Gall et de Zurich. Le groupe imprime des magazines, des catalogues et des brochures suivant le procédé d'impression offset rotative.

Le Grand Conseil vaudois soutient les IRL

 
Le Grand Conseil vaudois a voté mardi une résolution de soutien aux Imprimeries Réunies de Lausanne (IRL). Les députés ont salué le plan de sauvetage annoncé dans la matinée par le Conseil d'Etat et la ville de Renens (VD).

Le texte déposé par le chef du groupe socialiste Nicolas Rochat a été approuvé par le plenum à l'unanimité, moins quelques abstentions. L'ensemble des groupes s'est félicité que le site de Renens et une majorité des emplois puissent être sauvés.

Le député socialiste a également appelé à "un réél dialogue entre partenaires sociaux durant la phase de consultation", le syndicat Syndicom étant écarté des discussions par la direction de Swissprinters. Un "plan social digne de ce nom" doit encore être négocié pour ceux qui restent sur le carreau.

Tranchant sur les déclarations de satisfaction générale, le député de La Gauche Jean-Michel Dolivo a souligné "le coût social important" de la solution trouvée. Les salaires diminueront de 15% et 55 employés perdront tout de même leur emploi.

"Swissprinters a enregistré la plus grosse perte de son histoire en 2011", a rappelé le conseiller d'Etat Philippe Leuba. Le projet permettra de sauver 71 emplois dont 6 places d'apprentis, ce que les autres cantons concernés par les fermetures d'imprimeries par Swissprinters - Zurich et Saint-Gall - n'ont pas obtenu, a-t-il insisté.


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Résumé de la semaine

Ne ratez plus rien de l'actu locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque samedi toutes les infos essentielles de la semaine !

Recevez chaque samedi les infos essentielles de la semaine !

À lire aussi...

EducationVaud: l’école à la maison devient plus stricteVaud: l’école à la maison devient plus stricte

Nuisances sonoresVéhicules bruyants: des plaques retirées du côté de Morges et LausanneVéhicules bruyants: des plaques retirées du côté de Morges et Lausanne

IntempériesVaud: l’ECA indemnisera les caravanes et les habitations inondéesVaud: l’ECA indemnisera les caravanes et les habitations inondées

GastronomieVaud: le chef Stéphane Décotterd s’installe à l’école hôtelière de GlionVaud: le chef Stéphane Décotterd s’installe à l’école hôtelière de Glion

FestivalCet été, le Venoge Festival propose un «Entre 2» totalement helvétiqueCet été, le Venoge Festival propose un «Entre 2» totalement helvétique

Top