24.09.2019, 13:34

Les Vaudois s’estiment en bonne santé, mais il y a des bémols

chargement
Une grande majorité des Vaudois se disent en bonne santé (photo d'illustration).

Santé La population vaudoise déclare en nette majorité (85%) se sentir en bonne ou très bonne santé. Malgré une amélioration de certains comportements, la consommation d’alcool, le surpoids, mais aussi les risques psychosociaux au travail restent préoccupants.

En 2017, 85% de la population du canton évalue son état de santé comme bon ou très bon. Toutefois, les problèmes de santé de longue durée touchent un tiers de la population, relève Statistique Vaud mardi dans un communiqué.

Un quart des Vaudois souffrent de plusieurs troubles physiques importants, tels que maux de dos, insomnies ou douleurs à la nuque et aux épaules. L’hypertension touche un septième de la population, le cholestérol 13% et le diabète 5%, soit des taux similaires à 2002.

Un Vaudois sur dix obèse

L’âge, le niveau de formation et le sexe jouent un rôle prépondérant dans les comportements en matière de santé. Bien que la majorité des femmes (56%) et près de la moitié des hommes (48%) prêtent une attention particulière à leur alimentation, le manque d’activité physique et la sédentarité peuvent entraîner des surcharges pondérales.

Trois personnes sur dix sont en surpoids et plus d’une sur dix est obèse en 2017. La part des personnes en surpoids n’a pas progressé depuis 2002. Mais celle des obèses a presque doublé en quinze ans.

Davantage de petits verres

A l’image d’autres cantons romands, Vaud se distingue de la moyenne suisse par une consommation d’alcool à risque plus répandue. Parmi les 65 ans et plus, 11% sont concernés contre 6% des Suisses. L’ivresse ponctuelle touche, quant à elle, 21% de la population contre 16% en moyenne nationale. Enfin, le bien-être psychique joue un rôle déterminant dans l’état de santé général. Une nette majorité se déclare heureuse (84%) et sereine (74%).

Toutefois, les risques psychosociaux au travail pèsent sur ce constat réjouissant. Un quart de la population active dit éprouver du stress au travail la plupart du temps, 45% déclare être obligée de se dépêcher pour faire son travail. Le burn-out est donc un risque réel. En 2017, 27% des actifs ont déclaré éprouver un tel sentiment d’épuisement physique et moral, soit une part plus élevée qu’en moyenne suisse (19%).

ATS

Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Résumé de la semaine

Ne ratez plus rien de l'actu locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque samedi toutes les infos essentielles de la semaine !

Recevez chaque samedi les infos essentielles de la semaine !

À lire aussi...

Assurance maladieAssurance maladie: la prime moyenne suisse va augmenter de 0,2% seulement en 2020Assurance maladie: la prime moyenne suisse va augmenter de 0,2% seulement en 2020

Primes maladiesPrimes maladie 2020: les acteurs de la santé et les partis réagissentPrimes maladie 2020: les acteurs de la santé et les partis réagissent

Top