13.06.2018, 14:09

Coupe du monde 2018: l'Espagne vire Julen Lopetegui, son sélectionneur, à la veille du coup d'envoi, Hierro assure l'intérim

chargement
Julen Lopetegui a été démis de ses fonctions à la tête de l'équipe d'Espagne.

 13.06.2018, 14:09 Coupe du monde 2018: l'Espagne vire Julen Lopetegui, son sélectionneur, à la veille du coup d'envoi, Hierro assure l'intérim

choc Julen Lopetegui n'est plus le sélectionneur de l'équipe d'Espagne. A la veille du coup d'envoi de la Coupe du monde en Russie, la fédération a licencié le technicien qui avait annoncé, mardi, qu'il allait devenir l'entraîneur du Real Madrid. C'est l'ancien international Fernando Hierro qui assurera l'intérim.

Le sélectionneur espagnol Julen Lopetegui, fragilisé mardi par sa signature surprise au Real Madrid, a été démis mercredi par le président de la Fédération. Un cataclysme qui plonge la Roja dans la crise à deux jours de son entrée en lice contre le Portugal au Mondial 2018.

"Nous avons décidé de nous passer du sélectionneur", a dit le président Luis Rubiales en conférence de presse.

"La sélection appartient à tous les Espagnols. C'est une décision que nous avons dû prendre en fonction d'une certaine manière de faire et en fonction de certaines valeurs", a-t-il précisé, ajoutant que le nom du remplaçant serait annoncé sous peu "en touchant le moins possible" l'encadrement actuel.

 

 

En début d'après-midi, la fédération a annoncé que c'était l'ancien défenseur international Fernando Hierro qui assurerait l'intérim.

 

"Fernando Hierro assumera la charge de sélectionneur national à la Coupe du monde en Russie", écrit la Fédération espagnole dans un communiqué.

Une conférence de presse est programmée à 18h30 locales (16h30) pour présenter le technicien, âgé de 50 ans et dont l'expérience d'entraîneur principal se limite à une saison sur le banc d'Oviedo en deuxième division espagnole.

 

A deux jours du match face au Portugal

Ce limogeage d'un sélectionneur en poste à deux jours d'une compétition majeure, décision d'une gravité rare, précipite dans la tourmente l'un des favoris de cette Coupe du monde.

Luis Rubiales, nouveau président de la fédération espagnole (RFEF) élu sur un programme de renouvellement après les scandales de la fin de l'ère Angel Maria Villar (1988-2017), s'est placé sur le terrain des valeurs et de la morale pour justifier cette décision.

Même s'il a assuré ne pas se sentir "trahi" par la décision de Lopetegui de rejoindre le Real alors qu'il venait de prolonger en mai avec la Roja jusqu'en 2020, Rubiales a refusé d'être mis devant le fait accompli.

 

 

Aucune défaite

"La RFEF ne peut pas rester en marge d'une négociation avec un de ses employés et découvrir un accord 5 minutes avant un communiqué officiel (du Real)", a accusé Rubiales.

"Le meilleur entraîneur pour la sélection était Julen Lopetegui et pour moi c'est un professionnel impeccable. Mais la manière de faire est importante", a-t-il dit.

Après seulement deux années en poste, Lopetegui (51 ans) a donc été débarqué au pire moment et ces événements viennent ternir le bon travail accompli depuis sa nomination en 2016: 20 matchs avec l'Espagne et aucune défaite.

ATS

À lire aussi...

FootballFootball: le sélectionneur de l'Espagne Julen Lopetegui nouvel entraîneur du Real MadridFootball: le sélectionneur de l'Espagne Julen Lopetegui nouvel entraîneur du Real Madrid

SuccessionFootball: Julen Lopetegui remplace Del Bosque à la tête de l'équipe d'EspagneFootball: Julen Lopetegui remplace Del Bosque à la tête de l'équipe d'Espagne

Top