09.11.2017, 00:01

«Ce qui se passe en ce moment est surréaliste»

Abonnés
chargement
La bande de Christophe Fourcot surfe sur une vague positive, avant de recevoir Viège.

 09.11.2017, 00:01 «Ce qui se passe en ce moment est surréaliste»

HANDBALL Boostés par leur succès face à Berne Muri II, les Nyonnais tenteront de maintenir leur dynamique dimanche face à Viège (16h30 au Rocher).

propos recueillis par arnaud david

arnaud.david@lacote.ch

Le HBC Nyon progresse à pas de géant et ne cesse de surprendre... à commencer par ses adversaires. Considéré en début de saison comme le Petit Poucet du groupe destiné à régater en bas du classement, le club de La Côte a gagné, sur le parquet, respect et légitimité. A trois jours du choc contre...

propos recueillis par arnaud david

arnaud.david@lacote.ch

Le HBC Nyon progresse à pas de géant et ne cesse de surprendre... à commencer par ses adversaires. Considéré en début de saison comme le Petit Poucet du groupe destiné à régater en bas du classement, le club de La Côte a gagné, sur le parquet, respect et légitimité. A trois jours du choc contre Viège, l’entraîneur nyonnais Christophe Fourcot fait le point.

Forts du succès très convaincant obtenu face à Berne MuriII, comment abordez-vous la rencontre de dimanche face à Viège, votre grand rival en 2e ligue la saison passée?

Il faut tout d’abord absolument oublier la double confrontation de la saison dernière. Depuis, Viège s’est renforcé avec, notamment, l’arrivée d’un gardien de LNA. Au match aller (ndlr: perdu 27-22), c’est lui qui a fait la différence. Dimanche, nous devrons être meilleurs sur les duels contre lui et dans l’efficacité sur les tirs. Ce sera la clé.

Face à Berne, j’ai été très satisfait de l’investissement individuel et du rendement collectif face à une équipe qui fait, je pense, partie des trois meilleures de la poule. Nous nous préparons de la même manière pour affronter Viège, avec beaucoup d’investissement physique et mental. L’effectif devrait être au complet. Le seul bémol c’est que notre séance d’entraînement de jeudi tombe à l’eau en raison du match de basket du BBC Nyon. Mais il faut jouer le jeu des sociétés locales. Et le résultat de dimanche ne devrait pas être péjoré. Si on se donne à 100%, il peut y avoir un résultat au bout.

Les résultats obtenus depuis le début de la saison vous mettent en position de prétendre à une place pour le tour final. Vous attendiez-vous à évoluer si vite à un tel niveau?

Ce qui se passe pour nous en ce moment est un peu surréaliste par rapport à ce que l’on vise. Car de ce point de vue, rien n’a changé: nous visons encore et toujours le maintien. Maintenant, on a la possibilité d’évoluer avec les gros. Si on y arrive, c’est bien. Mais si on n’y arrive pas, on continuera à travailler comme prévu. Il n’y a aucune pression supplémentaire.

Au fil de cette première partie de saison, avez-vous senti une évolution dans le regard que vos adversaires portent sur vous?

Au début, personne ne se souciait de nous. Dans leurs pronostics, nos adversaires nous voyaient terminer dernier ou avant-dernier. Maintenant, on sent que les autres équipes nous respectent. Elles craignent de venir jouer au Rocher. Nos collègues voient très bien que tactiquement et stratégiquement on leur pose des problèmes. Et ce en dépit de notre jeunesse, du fait qu’on n’a pas d’étrangers, pas de pros. Mais on a du savoir-faire avec nos jeunes Romands. Et ce qui est appréciable, c’est qu’on commence à être reconnus pour ce travail-là.

D’une poignée de fidèles, le public du Rocher s’est également singulièrement étoffé avec une présence soutenue lors de chaque rencontre à domicile...

L’augmentation des spectateurs est une résultante du projet. En faisant évoluer des jeunes de la région, les connexions se font plus facilement et le public suit. Il y a également le fait que nous proposons un jeu attrayant et spectaculaire. En termes d’affluence, on doit avoir le meilleur public romand. Pour des matches comme celui face à Viège, c’est important qu’il soit là et on a besoin que sa ferveur nous porte d’un bout à l’autre du match.


Vous avez lu gratuitement
une partie de l'article.

Pour lire la suite :

Profitez de notre offre numérique dès Fr 2.- le 1er mois
et bénéficiez d'un accès complet à tous nos contenus

Je profite de l'offre !
Top