Commerce Suisse liste sur Facebook les produits moins chers en Suisse

chargement

tourisme d'achat Une page Facebook liste tous les produits qui coùtent moins chers en Suisse qu'à l'étranger. L'association Commerce Suisse qui en est responsable.

  31.10.2012, 16:26
En Suisse, le manque à gagner en termes de chiffre d'affaires pour le secteur devrait dépasser cette année les 5 milliards de francs.

Commerce Suisse veut tordre le coup à l'idée selon laquelle les produits coûtent plus cher en Suisse qu'à l'étranger. A cet effet, elle liste sur le réseau social Facebook les articles dont le prix est inférieur sur les rayons helvétiques.

Directeur de Commerce Suisse, l'association faîtière des importateurs et commerçants de gros, Kaspar Engeli, ne cache pas le sentiment d'irritation qu'il a pu ressentir à la lecture de nombreux articles de journaux recensant les produits moins coûteux à l'étranger qu'en Suisse. Or, selon lui, la vigueur du franc est la conséquence de problèmes structurels à l'étranger.
 
De l'avis de M. Engeli, la Suisse ne peut pas résoudre ces problèmes. Avec sa "liste blanche", Commerce Suisse entend démontrer que la Suisse peut aussi afficher des prix attrayants. Et le directeur de Commerce Suisse de citer en exemple l'électronique de loisirs, le café, des épices ou certains produits issus de la filière biologique.
 
Les produits sont plus chers en Suisse, en raison de prescriptions inutiles en matière de déclaration. Le marché helvétique est trop petit pour présenter de telles exigences aux grands fabricants étrangers. En dépit de l'attrait du tourisme d'achats, M. Engeli s'est dit favorable au maintien de la franchise en douane de 300 francs pour les marchandises achetées par des particuliers à l'étranger.
 
Plus de libéralisme
 
Les prix plus élevés en Suisse reflètent aussi souvent le niveau des salaires helvétiques ainsi que la politique tarifaire définie par les fabricants étrangers. A l'image des partis bourgeois et d'autres associations faîtières, Commerce Suisse exige notamment l'application sans exception du principe dit du Cassis de Dijon, la libéralisation des importations parallèles, la suppression d'obstacles techniques et de subventions ainsi que plus d'accords de libre échange.
 
Mais M. Engeli est opposé à la demande du Parti socialiste de renforcer la loi sur les cartels, jugeant la proposition difficile à appliquer. Son successeur à la direction de Commerce Suisse, le vaudois Jean-Marc Probst, estime pour sa part que les entreprises vont continuer de délocaliser en Asie. A ce titre, la Chine pourrait offrir de belles opportunités aux produits suisses, pour autant qu'un accord de libre échange soit conclu.

Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Résumé de la semaine

Ne ratez plus rien de l'actu locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque samedi toutes les infos essentielles de la semaine !

Recevez chaque samedi les infos essentielles de la semaine !

À lire aussi...

TendancesVotations fédérales du 28 novembre: vers un oui à la loi Covid et aux soins infirmiersVotations fédérales du 28 novembre: vers un oui à la loi Covid et aux soins infirmiers

IL S’EST PASSÉ QUOI?Les 5 infos à retenir dans l’actu suisse de ce jeudi 14 octobreLes 5 infos à retenir dans l’actu suisse de ce jeudi 14 octobre

AccidentCirculation: trois retraités tués dans une collision sur l’autoroute A1Circulation: trois retraités tués dans une collision sur l’autoroute A1

MédecineSanté: les cas de cancer en augmentation en Suisse, mais la mortalité diminueSanté: les cas de cancer en augmentation en Suisse, mais la mortalité diminue

CirculationDes boîtes noires dans les nouveaux véhicules dès 2022 en SuisseDes boîtes noires dans les nouveaux véhicules dès 2022 en Suisse

Top