Coronavirus: hôpitaux taxés de superficialité

chargement

Pandémie En raison des restrictions imposées durant l’épidémie, les hôpitaux helvétiques ont perdu une somme considérable. Toutefois, elles ont brandi un argumentaire peu détaillé pour obtenir une aide financière.

  11.09.2020, 00:01
Lecture: 5min
Premium
En mars-avril, le Conseil fédéral avait interdit les interventions médicales non urgentes, une décision provoquant un manque à gagner important pour les hôpitaux.

De 1,7 à 2,6 milliards de francs. La somme est considérable. Et d’après les hôpitaux suisses, ce magot leur manque, en raison des restrictions imposées au pic de l’épidémie de Covid-19. En mars-avril, le Conseil fédéral avait en effet interdit les interventions médicales non urgentes, pour limiter la contagion. Récemment, les établissements hospitaliers ont demandé, à la Confédération et aux assureurs, de leur venir en aide. Cela leur a été refusé. Au-delà du fond du débat, qui a déjà été rapporté,...

À lire aussi...

PicCoronavirus: lits en soins intensifs occupés au maximum à 98% dans les hôpitaux suissesCoronavirus: lits en soins intensifs occupés au maximum à 98% dans les hôpitaux suisses

PandémieCoronavirus: coûts de 356 millions pour les hôpitaux universitairesCoronavirus: coûts de 356 millions pour les hôpitaux universitaires

live
PandémieCoronavirus: toutes les nouvelles du jeudi 10 septembreCoronavirus: toutes les nouvelles du jeudi 10 septembre

PréventionCoronavirus: la pandémie a augmenté le nombre de pensées suicidairesCoronavirus: la pandémie a augmenté le nombre de pensées suicidaires

Top