Coronavirus: le CHUV et l’EPFL ont découvert un super anticorps neutralisant

chargement

Santé L’anticorps neutralisant, ciblant la protéine Spike, ouvre la voie à une amélioration de la prise en charge des formes sévères de la maladie, selon le CHUV et l’EPFL.

 12.10.2021, 17:30
"Il ouvre la voie à une amélioration de la prise en charge des formes sévères de la maladie."

Le CHUV et l’EPFL ont fait une importante découverte pour lutter contre la pandémie de Covid-19. Ils ont trouvé un anticorps monoclonal très puissant ciblant la protéine Spike du SARS-CoV-2, l’actuel coronavirus. Il peut largement neutraliser ses différents variants.

«Le développement de ce nouvel anticorps neutralisant marque une étape décisive dans la lutte contre la pandémie de Covid-19», indiquent mardi le CHUV et l’EPFL dans un communiqué commun. «Il ouvre la voie à une amélioration de la prise en charge des formes sévères de la maladie et à de nouvelles mesures prophylactiques prometteuses, en tant que médicament, en particulier pour les personnes dont le système immunitaire est affaibli», disent-ils.



L’anticorps découvert pourrait aussi être utilisé dans le cadre d’une thérapie combinée pour réduire la sévérité de la maladie chez les personnes infectées par le SARS-CoV-2, affirment-ils. Les essais cliniques doivent démarrer fin 2022.

Cette découverte n’a cependant pas vocation à remplacer la vaccination, qui reste le moyen le plus efficace de se protéger contre l’infection, insistent le Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV) et l’Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL).

Blocage efficace

L’anticorps en question a été isolé à partir des lymphocytes (globules blancs) d’un patient Covid-19 dans le cadre de l’étude ImmunoCoV réalisée par le Service d’immunologie et d’allergologie du CHUV. L’anticorps est l’un des plus puissants identifiés à ce jour contre le virus SARS-CoV-2, selon ces travaux publiés dans la revue Cell Reports.

«Son analyse structurelle montre qu’il se lie à un endroit qui n’est pas sujet aux mutations sur la protéine virale Spike. Grâce à cette interaction étroite, l’anticorps bloque efficacement la liaison de la protéine Spike aux cellules exprimant les récepteurs ACE2, qui sont la cible du virus pour entrer et infecter les cellules du poumon», détaillent-ils.

L’anticorps arrête ainsi le cycle de réplication virale et conduit à l’élimination du virus par le système immunitaire. Cet effet protecteur a été démontré in vivo, lorsque des hamsters traités par l’anticorps étaient protégés de l’infection après avoir été exposés à une dose hautement infectieuse de virus.

ATS

Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Résumé de la semaine

Ne ratez plus rien de l'actu locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque samedi toutes les infos essentielles de la semaine !

Recevez chaque samedi les infos essentielles de la semaine !

À lire aussi...

live
PandémieCoronavirus: toutes les nouvelles de ce mardi 12 octobreCoronavirus: toutes les nouvelles de ce mardi 12 octobre

On fait le pointCoronavirus: fin des tests gratuits ce lundi, voici ce qu’il faut savoirCoronavirus: fin des tests gratuits ce lundi, voici ce qu’il faut savoir

live
PandémieCoronavirus: toutes les nouvelles du lundi 11 octobreCoronavirus: toutes les nouvelles du lundi 11 octobre

Top