Election du Conseil fédéral: le peuple votera le 9 juin

chargement

Politique Les Suisses diront le 9 juin prochain s'ils veulent pouvoir élire le Conseil fédéral. Ils voteront sur une initiative de l'UDC.

  28.04.2013, 08:47
Les journalistes suivent le discours du Président de la Confédération Ueli Maurer devant le Château de Prangins.

Le peuple dira le 9 juin s'il veut élire lui-même à l'avenir le Conseil fédéral. Il serait partagé, selon les premiers sondages. Jusqu'ici, l'UDC, qui veut mettre un million de francs dans la campagne, n'a reçu que quelques soutiens isolés, à gauche notamment. Mais le parti est convaincu qu'un système qui a fait ses preuves dans les cantons et les communes doit aussi être pratiqué au niveau national. Pour marquer le coup, il s'est d'ailleurs taillé un comité sur mesure réunissant ses élus dans les exécutifs.

Plus de manoeuvres en coulisses

L'idée de l'initiative est née dans les années nonante, lorsque l'UDC enregistrait succès après succès sans voir sa représentation au gouvernement augmenter. Mais elle a attendu que Christoph Blocher se fasse évincer du Conseil fédéral en 2007 pour se lancer concrètement dans la bataille. L'échec de son mentor est d'ailleurs indirectement un des arguments de campagne: plus de manoeuvres en coulisses.

L'Assemblée fédérale serait dessaisie de l'élection au profit du peuple, la désignation pour un an du président de la Confédération passant quant à elle dans les mains de l'exécutif. Le scrutin populaire aurait lieu au système majoritaire à deux tours, avec une clause assurant la présence d'au moins deux Latins parmi les conseillers fédéraux élus.

L'UDC tient aussi à rassurer les Latins. L'initiative offre une garantie de deux sièges qui n'existe actuellement pas, la constitution se contentant d'exiger une représentation équitable des diverses régions et communautés linguistiques.

Quelques soutiens à gauche

Hormis certains accents nationaux-conservateurs de l'argumentaire, l'initiative rencontre des sympathies à gauche. Le gouvernement a besoin d'une légitimité forte pour prendre des initiatives et ne doit pas être sans cesse sous la tutelle du Parlement, estiment ces partisans.

L'élection par le peuple est d'ailleurs une vieille revendication du PS, avant qu'il ne rejoigne le Conseil fédéral. Les socialistes, avec les catholiques conservateurs la première fois, sont à l'origine des deux précédentes initiatives populaires qui ont été rejetées par deux tiers des votants en 1900 et 1942.

Plein de défauts

Le Conseil fédéral affirme que l'initiative nuirait à la stabilité du pays. Il n'existe d'ailleurs aucun pays au monde qui élise l'ensemble de son gouvernement.

Les ministres deviendraient davantage soucieux de leur réélection que du bien public. Ils devraient se démarquer à tout prix et soigner encore plus leur popularité. La recherche du consensus et la collégialité en pâtiraient. Pire, une élection par le peuple aboutirait à de ruineuses campagnes. Les candidats dépendraient donc davantage de leur parti mais aussi des individus, entreprises et groupes d'intérêt prêts à leur avancer de l'argent. Et tout ça au prix d'un affaiblissement de l'Assemblée fédérale et de potentiels conflits entre le législatif et l'exécutif.

La clause prévue pour les Latins est aussi décriée. En sus de ses difficultés d'application, elle risque de mettre en concurrence Romands et Tessinois au détriment des derniers. Voire de limiter à tout jamais la représentation des Latins à deux sièges. Quant au scrutin majoritaire, il lèserait les candidats des petits cantons.


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Résumé de la semaine

Ne ratez plus rien de l'actu locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque samedi toutes les infos essentielles de la semaine !

Recevez chaque samedi les infos essentielles de la semaine !

À lire aussi...

live
PandémieCoronavirus: toutes les nouvelles du vendredi 15 octobreCoronavirus: toutes les nouvelles du vendredi 15 octobre

SuisseCoronavirus: l’application du certificat Covid est en panneCoronavirus: l’application du certificat Covid est en panne

IL S’EST PASSÉ QUOI?Les 5 infos à retenir dans l’actu suisse de ce vendredi 15 octobreLes 5 infos à retenir dans l’actu suisse de ce vendredi 15 octobre

PolitiqueBaromètre électoral: l’UDC creuse l’écart, les positions se resserrent derrièreBaromètre électoral: l’UDC creuse l’écart, les positions se resserrent derrière

Crise sanitaireCoronavirus: un tiers des effets indésirables du vaccin sont jugés gravesCoronavirus: un tiers des effets indésirables du vaccin sont jugés graves

Top