28.12.2018, 00:01

Il nie le massacre, mais n’est pas condamné

Premium
chargement

Le droit à la liberté d’expression aurait été violé.

Le Tribunal fédéral (TF) a annulé la condamnation pour discrimination raciale d’un homme auteur d’articles niant le génocide des musulmans bosniaques à Srebrenica en 1995. La condamnation viole son droit à la liberté d’expression, estime Mon Repos.

En novembre 2012, le recourant avait publié, dans un journal tessinois, un texte...

À lire aussi...

La Suisse n’échappe pas au coronavirusLa Suisse n’échappe pas au coronavirus

La famille arménienne pourra rester en SuisseLa famille arménienne pourra rester en Suisse

Des milliards s’envolent des pochesDes milliards s’envolent des poches

Mitholz, assis sur des bombes, sera évacuéMitholz, assis sur des bombes, sera évacué

live
EpidémieCoronavirus: un premier cas de contamination au Tessin, les frontières italiennes restent ouvertesCoronavirus: un premier cas de contamination au Tessin, les frontières italiennes restent ouvertes

Top