La raffinerie de Cressier (NE) redémarre ses activités en juillet

chargement

pétroplus La holding qui a repirs la raffinerie de Cressier compte redémarrer ses activités à partir de la deuxième quinzaine de juillet.

  29.06.2012, 17:44
Le groupe zougois de Petroplus a entamé le processus de vente de son site de Petit-Couronne, près de Rouen.

Varo Energy Holding SA compte redémarrer la raffinerie de Cressier (NE) et poursuivre l'exploitation et les activités marketing à partir de la deuxième quinzaine de juillet. Le groupe a obtenu vendredi toutes les autorisations nécessaires pour finaliser l'achat du site.

La vente de la raffinerie, et de certains actifs y relatifs, a pu être exécutée vendredi, ont annoncé les commissaires au sursis concordataire de Petroplus. Le repreneur peut donc désormais disposer du site.
 
Pour mémoire, en proie à de graves problèmes financiers, le groupe zougois Petroplus a dû se séparer de ses cinq raffineries. Pour son site suisse, à Cressier (NE), le premier raffineur indépendant d'Europe a signé début mai un accord avec Varo Holding.
 
Ce dernier est une coentreprise entre le géant du commerce de pétrole Vitol et la société AtlasInvest, contrôlée par un cofondateur de Petroplus. Dès la publication de l'accord, le repreneur a annoncé sa volonté de redémarrer l'activité et reprendre les quelque 270 employés.
 
Peu de départs
 
La raffinerie est à l'arrêt depuis la mi-janvier. Un tiers du personnel est resté sur le site de Cressier pour effectuer des travaux de maintenance. Et sur les quelque 270 employés, seule une vingtaine a quitté l'entreprise durant cette période d'incertitude.
 
Le processus de vente avait été lancé mi-février. Les experts de la branche ne donnaient pas cher de l'avenir de la raffinerie de Cressier, le secteur du raffinage européen étant victime d'une surcapacité chronique qui pousse les exploitants à vendre ou fermer les installations.
 
La Suisse conserve ainsi deux raffineries sur son territoire. L'autre, détenue par le groupe Tamoil, se trouve à Collombey (VS).
 
Solutions partielles
 
Des solutions plus ou moins durables ont été trouvées pour les autres sites de Petroplus. La société de négoce en matières premières Gunvor a racheté la raffinerie d'Ingolstadt, dans le sud de l'Allemagne. C'est le deuxième site, après celui d'Anvers, que Gunvor reprend au groupe suisse en faillite.
 
L'activité a repris mi-juin à Petit-Couronne (F), près de Rouen, suite à un contrat ponctuel conclu en février avec Shell. Ce contrat devrait avoir une durée "maximum" de six mois. Le site de Coryton en Grande-Bretagne n'a pas de solution pour le moment.
 
Le groupe suisse Klesch, spécialisé dans la reprise d'entreprises en difficulté, avait déposé en mars une offre pour la raffinerie de Petit-Couronne et s'était déclaré intéressé par le site britannique. 

Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Résumé de la semaine

Ne ratez plus rien de l'actu locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque samedi toutes les infos essentielles de la semaine !

Recevez chaque samedi les infos essentielles de la semaine !

À lire aussi...

live
PandémieCoronavirus: toutes les nouvelles du vendredi 15 octobreCoronavirus: toutes les nouvelles du vendredi 15 octobre

SuisseCoronavirus: l’application du certificat Covid est en panneCoronavirus: l’application du certificat Covid est en panne

IL S’EST PASSÉ QUOI?Les 5 infos à retenir dans l’actu suisse de ce vendredi 15 octobreLes 5 infos à retenir dans l’actu suisse de ce vendredi 15 octobre

PolitiqueBaromètre électoral: l’UDC creuse l’écart, les positions se resserrent derrièreBaromètre électoral: l’UDC creuse l’écart, les positions se resserrent derrière

Crise sanitaireCoronavirus: un tiers des effets indésirables du vaccin sont jugés gravesCoronavirus: un tiers des effets indésirables du vaccin sont jugés graves

Top