Le non-respect de la signalisation lumineuse est privilégié

chargement

Accident La collision survenue à Granges-près-Marnand a fait un mort. La police n'exclut pas de retrouver des victimes dans l'amas de ferrailles du convoi qui a rétréci de 8 mètres lors de l'impact.

  30.07.2013, 16:26
1/4  

Les interrogations sont nombreuses vingt quatre heures après la collision frontale entre deux trains de voyageurs qui a fait une victime à Granges-près-Marnand (VD). La police privilégie la piste du non-respect de la signalisation lumineuse par le conducteur du convoi provenant de Payerne. 

Lors de l'accident qui s'est produit à 18h45, le conducteur en provenance de Payerne, un homme de 54 ans, a eu le temps d'actionner le frein d'urgence. Il a ensuite pu quitter la rame, a indiqué Jean-Christophe Sauterel, porte-parole de la police cantonale.

L'automotrice et ses deux wagons s'étaient auparavant arrêtés pour permettre aux passagers de monter et de descendre en gare de Granges-Marnand.

Le deuxième pilote conduisait l'accéléré, un RegioExpress qui ne s'arrête pas à cette halte. Ce Français de 24 ans vivant à Payerne est décédé. Son corps n'a été dégagé que vers 01h30. La famille est venue sur place et elle a pu se recueillir, a-t-il ajouté.

Amas de ferraille

Composé d'une automotrice et de trois wagons, le convoi où se trouvait la victime a rétréci de huit mètres. "On ne peut pas exclure qu'un passager se trouve dans cet amas de ferraille, même si nous n'avons aucun indice en ce sens", a relevé M. Sauterel. La rame sera amenée aux ateliers CFF d'Yverdon-les-Bains par la route. Les pompiers procéderont aux vérifications, a-t-il précisé.

Vingt-cinq personnes ont été blessées et conduites dans les hôpitaux de la région. Mardi deux adultes et un enfant étaient encore hospitalisés. Leur vie n'est pas en danger. Les adultes devraient pouvoir rentrer chez eux mardi encore.

Boîtes noires

Le conducteur du train régional a été entendu. "Sur cette base, nous privilégions la thèse du non-respect de la signalisation", a relevé M. Sauterel. Un agent des CFF était présent en gare, comme à chacun des quatre croisements qui ont lieu quotidiennement à Granges-Marnand aux heures de pointe. Ce régulateur du trafic a également été interrogé.

Le régional roulait à 40 km/h au moment de l'accident. On ignore la vitesse du RegioExpress pour le moment. Les deux boîtes noires sont en cours d'examen, a précisé M. Sauterel. Les investigations se poursuivent.

Le tronçon est équipé du système de sécurité Signum. Ce dernier freine un train seulement lorsqu'un feu rouge est passé de manière non autorisée.

Systèmes de sécurité

L'enclenchement de Granges-Marnand a été installé en 1958, mais on ignore de quand date le système de sécurité. Les installations ont été contrôlées en février, l'aiguillage en juin, a précisé Philippe Gauderon, chef des infrastructures des CFF.

Système "vieillot", Sigmun sera remplacé d'ici 2020-2022. Les CFF équipent petit à petit les voies du système ZUB. Plus récent et plus performant, il permet d'arrêter le train avant le danger.

Pas de gros problèmes

Malgré plusieurs accidents ces dernières années, Andreas Meyer a réfuté un problème général de sécurité aux CFF. "Elle est au coeur de nos préoccupations", s'est défendu le directeur de l'ex-régie qui a présenté ses condoléances à la famille et ses excuses aux blessés.

Selon lui, cette collision est comparable à celle qui s'est produite le 10 janvier à Neuhaus (SH), provoquant 26 blessés légers. Un feu rouge équipé de Sigmun avait également été grillé par un conducteur.

Après l'accident, les CFF ont confié une étude à des mandataires externes, dont le résultat est attendu ces prochains mois. Selon Andreas Meyer, le système européen ETCS2 serait nécessaire pour assurer un haut niveau de sécurité. Il faudrait au moins 10 ans pour l'introduire en Suisse, ainsi que deux milliards de francs.

Tristesse du Conseil d'Etat

Le Conseil d'Etat vaudois a présenté ses condoléances à la famille du conducteur décédé. Il a assuré de son soutien et réconfort aux personnes blessées dans l'accident et leurs familles.

Série noire en Europe

Pour mémoire, cette collision survient après trois autres drames en Europe: le déraillement d'un train français le 12 juillet près de Paris (7 morts), le déraillement d'un train espagnol le 24 juillet près de Saint-Jacques de Compostelle (79 morts) et l'accident d'un autocar italien dimanche dans la région de Naples (38 morts).

En Suisse, la dernière collision de trains a eu lieu en janvier de cette année à Neuhausen (SH). Elle était due au non-respect d'un signal et a fait 25 blessés légers. Il faut remonter à octobre 2003 pour un accident aussi grave. Une collision à Zurich avait fait 45 blessés.

Les CFF a ouvert une hotline téléphonique. Les personnes qui le désirent peuvent obtenir des informations au 0800 722 2 33.


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Résumé de la semaine

Ne ratez plus rien de l'actu locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque samedi toutes les infos essentielles de la semaine !

Recevez chaque samedi les infos essentielles de la semaine !

À lire aussi...

live
MONDECoronavirus: toutes les nouvelles du lundi 18 octobreCoronavirus: toutes les nouvelles du lundi 18 octobre

rapportPas d’indice de violence systématique dans les centres d’asilePas d’indice de violence systématique dans les centres d’asile

IL S’EST PASSÉ QUOI?Les 5 infos à retenir dans l’actu suisse de ce lundi 18 octobreLes 5 infos à retenir dans l’actu suisse de ce lundi 18 octobre

étudeEnviron 3% des Suisses se sentent totalement exclus de la société. Et les autres? Notre infographieEnviron 3% des Suisses se sentent totalement exclus de la société. Et les autres? Notre infographie

Drame familialUn homme et sa fille trouvés morts à Rapperswil-Jona (SG)Un homme et sa fille trouvés morts à Rapperswil-Jona (SG)

Top