11.10.2019, 14:00

Mobilité: 400’000 personnes utilisent Uber en Suisse

chargement
La société Uber est présente en Suisse à Zurich, Genève, Bâle et Lausanne. (Illustration)

En hausse Uber a révélé vendredi quelques chiffres sur le marché suisse. Le nombre d’utilisateurs réguliers de la plateforme est passé de 300’000 à 400’000 en une année. Près de 1,6 million de francs de pourboires sont versés aux chauffeurs, qui sont payés en moyenne 27 francs par heure.

La plateforme de réservation de voitures avec chauffeur Uber compte 400’000 utilisateurs actifs en Suisse, en hausse d’environ 30% sur un an. L’entreprise revendique «une forte croissance» mais déplore une pénurie de chauffeurs et des nombreux obstacles réglementaires.

Uber, depuis peu coté à Wall Street, ne publie pas de chiffres financiers séparés par pays mais a dévoilé quelques indications pour le marché helvétique vendredi devant les médias à Carouge, où travaille une dizaine de ses quelque 15 collaborateurs en Suisse.

Ainsi, le nombre d’utilisateurs actifs est passé de 300’000 à 400’000 entre juillet 2018 et octobre 2019, et celui des chauffeurs de 2600 à 3200 dans le même temps, pour les quatre villes où la société est présente (Zurich, Genève, Bâle et Lausanne).

Nous aimerions nous développer dans d’autres villes, mais les procédures et les réglementations sont très compliquées.
Steve Salom, directeur général Uber Suisse, France et Autriche

«Nous aimerions nous développer dans d’autres villes, mais les procédures et les réglementations sont très compliquées», a déploré Steve Salom, directeur général Uber Suisse, France et Autriche. A ce titre, la Suisse romande, et Genève en particulier, où Uber est en conflit avec l’Etat sur le statut des chauffeurs et celui de la société, se montre plus stricte et développe beaucoup plus de «frictions» que la partie alémanique, a dit M. Salom.

Dans le contexte des attaques contre Uber accusé parfois d’exploiter les chauffeurs, la société a tenu à faire connaître les chiffres: le revenu moyen d’un chauffeur indépendant utilisant l’application atteint 26,81 francs par heure (nets de la commission de 25% versée à la plateforme).

Il leur reste 21 francs

Tous frais déduits (amortissement de la voiture, essence, assurance), il reste 21 francs dans la poche du chauffeur, partant d’un modèle standard de voiture (Toyota Prius). Environ 70% des chauffeurs ont recours à l’application moins de 40 heures par semaine, pendant une moyenne de 33 semaines par an.

Ils sont libres, en tant qu’indépendants, de travailler pour d’autres plateformes de VTC. En Suisse, 85% des chauffeurs choisissent Uber pour être indépendants, c’est-à-dire pour pouvoir se mettre au volant quand ils le veulent, sans contrainte, avec la possibilité d’arrêter pendant trois mois s’ils le veulent ou de ne travailler que le week-end, la nuit ou entre 7h ou 11h par exemple, selon leurs préférences, a précisé la société.

1,6 million de francs de pourboires

Depuis l’introduction des pourboires en octobre 2018, environ 1,6 million de francs de «bonne main» ont été versés aux chauffeurs via l’application par les clients, ce qui représente une moyenne de 400 francs par an sur une base de 400’000 chauffeurs. La méthode d’analyse de ces chiffres a été vérifiée par le professeur Rafael Lalive de l’Université de Lausanne.

ATS

Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

À lire aussi...

TransportTransport: perte record de 5,24 milliards de dollars pour Uber au deuxième trimestreTransport: perte record de 5,24 milliards de dollars pour Uber au deuxième trimestre

DéfiTransport: Uber va tester la livraison de repas par dronesTransport: Uber va tester la livraison de repas par drones

MobilitéMobilité: Uber se lance dans les vélos électriques en libre-serviceMobilité: Uber se lance dans les vélos électriques en libre-service

ChangementTransport: Swiss et les CFF proposent une navette ferroviaire entre le Tessin et ZurichTransport: Swiss et les CFF proposent une navette ferroviaire entre le Tessin et Zurich

Bonne nouvelleTransports: plus de sièges et de billets à tarif réduit pour les TGV au départ de la SuisseTransports: plus de sièges et de billets à tarif réduit pour les TGV au départ de la Suisse

Top