Nouvelle tarification des médicaments dès le 1er juin, baisse réelle en 2016

chargement

SANTE La pilule aura plus de facilité à passer. Les Suisses pourraient payer leurs médicaments moins chers dès l'an prochain. Les prix seront en effet fixés autrement dès le 1er juin.

  07.08.2015, 15:21
L'Alliance va lancer l'an prochain une campagne d'information pour sensibiliser les patients et les professionnels de la santé à la surmédicalisation.


Même si une baisse claire des tarifs n'interviendra pas avant 2016, le Conseil fédéral a annoncé que la fixation des prix va être repensée complètement dès juin. Les prix des médicaments représentent 20% des coûts à la charge de l'assurance maladie. Grâce aux mesures prises pour les faire baisser depuis 2012, les préparations originales sont descendues au niveau des pays européens au début de l'année et des économies de plus de 600 millions de francs par an ont pu être réaliséeS selon Alain Berset.

Les génériques restent toutefois trop rares et trop chers. Le Département de l'intérieur fera des propositions à ce sujet cette année encore. Mais la fixation des prix des préparations originales changera dès le 1er juin. Le tarif des produits sera comparé à celui pratiqué dans neuf pays au lieu de six. La Belgique, la Finlande et la Suède viendront s'ajouter à l'Allemagne, l'Autriche, le Danemark, la France, la Grande-Bretagne et les Pays-Bas. Les nouveaux venus sont comparables à la Suisse et l'élargissement apportera un peu de stabilité, a justifié M.Berset.

Pas plus de 5% plus cher

Tous les rabais obligatoires appliqués dans les pays de comparaison seront pris en compte. Et le nouveau prix ne devra pas dépasser en principe de plus de 5% le tarif étranger. Le bénéfice thérapeutique continuera à jouer également un rôle grâce à une comparaison avec d'autres produits similaires. Mais la comparaison internationale des prix pèsera deux fois plus dans la fixation du tarif et la marge de tolérance appliquée jusqu'ici sera supprimée. La prime à l'innovation devra aussi être soumise à une analyse du rapport coût-bénéfice. Un groupe de travail devra aussi définir son ordre de grandeur. L'Office fédéral de la Santé publique (OFSP) continuera à passer en revue un tiers des préparations déjà remboursées chaque année. La comparaison thérapeutique entre les médicaments ne sera effectuée que si la confrontation internationale pose problème.

Les produits concurrents devront être évalués en même temps. Mais en raison du changement, le prochain réexamen n'aura lieu que l'an prochain. Selon le ministre de la santé, les Suisses n'y perdront pas car la comparaison internationale se fondera sur le taux de change entre le franc et l'euro de cette année. Le Conseil fédéral a aussi décidé que les prix des médicaments ne pourront que baisser, pas remonter. Invoquant les fluctuations du taux de change, le ministre a toutefois refusé de faire des pronostics sur les économies escomptées.

 


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Résumé de la semaine

Ne ratez plus rien de l'actu locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque samedi toutes les infos essentielles de la semaine !

Recevez chaque samedi les infos essentielles de la semaine !

À lire aussi...

live
En directCoronavirus: la Russie enregistre le nombre record de 1000 morts en un jourCoronavirus: la Russie enregistre le nombre record de 1000 morts en un jour

DéclarationPolitique: les Verts revendiquent un siège au Conseil fédéralPolitique: les Verts revendiquent un siège au Conseil fédéral

Matériel roulantCFF: des wagons équipés spécialement pour les supportersCFF: des wagons équipés spécialement pour les supporters

SuisseCoronavirus: l’application du certificat Covid rétablie après une courte panneCoronavirus: l’application du certificat Covid rétablie après une courte panne

SÉCURITÉCoronavirus: la pandémie alourdit la charge de travail de la policeCoronavirus: la pandémie alourdit la charge de travail de la police

Top