16.06.2020, 07:35

Racisme: contrôles de police toujours «strictement réglementés» en Suisse

chargement
"Il faut une raison pour le contrôle et un signalement", affirme Stefan Blaettler (archives).

Sécurité En résonance avec le climat actuel et les manifestations contre le racisme, Stefan Blättler, président de la Conférence des commandants des polices cantonales, a assuré qu’aucun contrôle n’était effectué en fonction du faciès et que tout était strictement réglementé.

Les contrôles de police en Suisse sont «toujours strictement réglementés», affirme le président de la Conférence des commandants des polices cantonales (CCPCS), Stefan Blättler. Selon lui, «il faut une raison pour le contrôle et un signalement».

La couleur foncée de la peau ne suffit pas comme signalement, assure dans un entretien diffusé mardi par le Blick M. Blättler, en écho aux manifestations se déroulant à travers le monde, suite à la mort d’un Noir, George Floyd, lors de son interpellation par un policier blanc à Minneapolis, aux Etats-Unis. «Il faut plus de détail».

Je dirais même que nous restons prudents lorsqu’il s’agit de personnes à la peau foncée et que nous réfléchissons si nous devons effectuer le contrôle ou pas.
Stefan Blättler, président de la Conférence des commandants des polices cantonales

«Je dirais même que nous restons prudents lorsqu’il s’agit de personnes à la peau foncée et que nous réfléchissons si nous devons effectuer le contrôle ou pas», ajoute-t-il, soulignant que les policiers sont souvent filmés pendant leurs interventions.

Comportement testé

Des cas concrets sont étudiés pendant la formation pour prévenir le profilage racial, explique M. Blättler. Les aspirants policiers doivent en outre franchir un système de sélection par étapes, permettant de tester leur comportement et leur maîtrise de soi, poursuit-il. «Mais, naturellement, nous ne cessons jamais d’apprendre».

Le président de la CCPCS rejette les critiques sur les récentes manifestations contre le racisme qui ont eu lieu en Suisse, malgré les restrictions dues au nouveau coronavirus. «Les règles s’appliquent toujours», dit-il. «Mais si nous avions dispersé les manifestants, les gens auraient été encore plus nombreux à descendre dans la rue. Cela aurait abouti à l’inverse du but recherché par ces règles».

ATS

Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Résumé de la semaine

Ne ratez plus rien de l'actu locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque samedi toutes les infos essentielles de la semaine !

Recevez chaque samedi les infos essentielles de la semaine !

À lire aussi...

CirculationLa police argovienne contrôle 400 voitures: près d’un tiers des conducteurs au téléphoneLa police argovienne contrôle 400 voitures: près d’un tiers des conducteurs au téléphone

criminalitéBerne: ils tentent d'échapper à un contrôle de police et provoquent un accidentBerne: ils tentent d'échapper à un contrôle de police et provoquent un accident

ChauffardsThurgovie: la police a contrôlé plus de 1200 véhicules sur l'autoroute, 4 roulaient à plus de 160 km/hThurgovie: la police a contrôlé plus de 1200 véhicules sur l'autoroute, 4 roulaient à plus de 160 km/h

justiceUn Suisse d'origine kényane dénonce un délit de faciès de la police zurichoise à StrasbourgUn Suisse d'origine kényane dénonce un délit de faciès de la police zurichoise à Strasbourg

CHANGEMENTZurich: pour éviter le délit de faciès, la police doit obéir à des critères précis pour les contrôlesZurich: pour éviter le délit de faciès, la police doit obéir à des critères précis pour les contrôles

Top