Raoul Weil a agi par cupidité en freinant la régularisation des clients américains selon un témoin

chargement

Procès Weil Raoul Weil, accusé d'avoir aidé 20'000 riches clients américains à échapper au fisc, aurait freiné la régularisation des clients UBS par appât du gain.

  29.10.2014, 12:40
Jugé depuis la mi-octobre, Raoul Weil est accusé d'avoir aidé 20'000 riches clients américains à échapper au fisc.

L'ancien cadre d'UBS Raoul Weil, qui comparaît aux Etats-Unis pour aide à l'évasion fiscale, a freiné la régularisation des clients américains de la banque par appât du gain, a accusé le témoin Martin Liechti, proche collaborateur de l'accusé à l'époque.

"C'était vraiment frustrant. Pour lui, le profit venait en premier", a affirmé mardi (heure locale) un de ses anciens subordonnés, Martin Liechti, cité par l'accusation dans le procès intenté à Raoul Weil, ancien numéro trois d'UBS, à Fort Lauderdale (Floride).

Jugé depuis la mi-octobre, Raoul Weil est accusé d'avoir aidé 20'000 riches clients américains à échapper au fisc, privant es Etats-Unis de recettes se chiffrant à quelque 20 milliards de dollars.

"Je lui ai dit plusieurs fois: ce business est un cauchemar", a encore affirmé Martin Liechti à la barre, qui avait déjà indiqué lundi avoir eu du mal à convaincre l'accusé de la gravité de la situation.

Lui-même arrêté en 2008 aux Etats-Unis, Martin Liechti, 53 ans, dont la déposition a commencé mercredi dernier, est un des témoins-clé de l'accusation et n'a échappé aux poursuites qu'en échange de sa collaboration avec les autorités.

Mardi, la défense a de nouveau tenté de mettre en cause son témoignage, en suggérant qu'il noircissait le trait par rancoeur envers l'accusé qui ne lui aurait pas accordé de promotion assez rapide à l'époque.

"Il n'y a rien de sympathique que vous pourriez reconnaître s'agissant de cet homme que vous présentiez pourtant comme votre ami, n'est-ce pas?", a ironisé un des avocats de Raoul Weil, Matthew Menchel.

Selon la défense, le témoin a minimisé auprès de ses supérieurs la gravité des irrégularités commises afin d'afficher de bons résultats, incitant ainsi d'autres banquiers à enfreindre les règles.

Le procès de l'ancien responsable de la gestion de fortune chez UBS a commencé le 14 octobre et doit durer un mois. L'ex-banquier de 54 ans, arrêté en 2013 à Bologne, en Italie, puis extradé aux Etats-Unis, risque jusqu'à cinq ans de prison.

UBS collabore depuis 2009 avec les enquêteurs du gouvernement américain après avoir payé une amende de 780 millions de dollars. Elle a ainsi remis aux autorités américaines les noms de milliers de clients soupçonnés d'avoir fraudé le fisc.


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Résumé de la semaine

Ne ratez plus rien de l'actu locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque samedi toutes les infos essentielles de la semaine !

Recevez chaque samedi les infos essentielles de la semaine !

À lire aussi...

live
En directCoronavirus: l’OMS critique la stratégie vaccinale de la SuisseCoronavirus: l’OMS critique la stratégie vaccinale de la Suisse

CompétitionFootball – Super League: Servette remporte le derby du RhôneFootball – Super League: Servette remporte le derby du Rhône

Servette remporte le derby du Rhône

Servette s’est imposé 2-1 à Tourbillon face au FC Sion. Dans le même temps, Bâle a battu 2-0 Grasshopper et Zurich a...

  25.07.2021 18:56

FoudreMétéo: de violents orages et 25’000 éclairs sur la SuisseMétéo: de violents orages et 25’000 éclairs sur la Suisse

live
PandémieCoronavirus: toutes les nouvelles du 24 juilletCoronavirus: toutes les nouvelles du 24 juillet

ChanceSIM-Loteries: un nouveau millionnaire au tirage du Swiss LotoSIM-Loteries: un nouveau millionnaire au tirage du Swiss Loto

Top