31.05.2018, 00:01

Un système de pistagede crimes refusé

Premium
chargement
Ce système n’a permis de résoudre aucun crime en Suisse romande, a relevé, hier, Alain Ribaux, au nom du Conseil d’Etat neuchâtelois.

NEUCHÂTEL Les députés renoncent au système de pistage des crimes ViclasLe Grand Conseil neuchâtelois a décidé, à l’unanimité, de renoncer au système informatique canadien Viclas, qui permet de recouper et traiter des informations en lien avec des actes de violence et des délits sexuels d’ordre sériel. A l’exception de Vaud, qui n’a jamais adopté cet outil, les autres cantons romands s’orientent également vers une dénonciation.«Ce système n’est pas l’outil adéquat et n’a permis de résoudre aucun crime en Suisse romande», a relevé, hier, Alain Ribaux au nom du Conseil d’Etat. En guise de substitution, la plateforme intercantonale d’informations et de renseignements sur les délits sériels et itinérants (Picar) pourrait être adaptée. Cette solution doit toutefois encore être étudiée.

À lire aussi...

live
PandémieCoronavirus: toutes les nouvelles du vendredi 29 maiCoronavirus: toutes les nouvelles du vendredi 29 mai

InsoliteLe prix qui récompense la loi la plus inutile de l’année attribué à la Ville de GenèveLe prix qui récompense la loi la plus inutile de l’année attribué à la Ville de Genève

MétéoMétéo: la Suisse enregistre son troisième printemps le plus chaudMétéo: la Suisse enregistre son troisième printemps le plus chaud

PolitiqueLe droit de vote à 16 ans de nouveau recalé en commissionLe droit de vote à 16 ans de nouveau recalé en commission

Sous la loupeRail: les CFF doivent mieux estimer les coûtsRail: les CFF doivent mieux estimer les coûts

Top