Coronavirus: pourquoi est-ce si difficile de ne pas se toucher le visage?

L'une des consignes qui permettrait de ralentir la propagation du coronavirus est d'éviter de se toucher le visage. Or, un être humain se touche cette zone près de 250 fois par jour en moyenne. Pourquoi est-ce si difficile de ne plus le faire?
13 mars 2020, 17:09
Pour éviter de propager le coronavirus, mieux vaut éviter de se toucher le visage. (illustration)

Pour ralentir la propagation du coronavirus, comme pour d’autres maladies d’ailleurs, il est recommandé de ne pas se toucher le visage. Facile à dire, mais très difficile à faire!

Et pour cause: se toucher le visage est un geste tellement fréquent que l’on ne se rend même pas compte lorsqu’on le fait. En gros, il s’agit d’un réflexe et il est particulièrement dur de s’en défaire.

Grattage, rongeage d’ongles, replaçage d’une mèche de cheveux, frottement des yeux... Des universitaires de la Nouvelles-Galles du Sud, en Australie, ont étudié le comportement d’étudiants pendant une conférence et ils ont découvert que ces derniers touchaient leur visage en moyenne 23 fois par heure. Une autre étude similaire sur des employés de bureau a montré qu’il y avait 15,7 contacts par heure, rapporte un article du Forum économique mondial.

 

 

Pour la plupart des gens, se toucher le visage est un moyen de gérer le stress, de réguler les émotions et de stimuler la mémoire. Selon les chercheurs, c’est un instinct que nous partageons avec les singes. Voilà donc pourquoi c’est quasiment mission impossible que de mettre un terme à ces petits gestes inconscients.

Néanmoins, si vous tenez à vous toucher le visage le moins possible, une nouvelle application web a été créée pour vous aider. Via une webcam, le site donottouchyourface.com apprend les schémas de comportement de l'utilisateur et émet un avertissement si sa main s'éloigne de son visage.

Une solution plus simple permet cependant de continuer à se toucher le visage sans trop de risques: se laver les mains régulièrement. 

 

par Marie Dorsaz