Votre publicité ici avec IMPACT_medias

Brésil 2014: "La pression était énorme", dixit Fabian Schär

Revenue jeudi à 2 heures du matin dans son repaire de Porto Seguro, l'équipe de Suisse n'a plus qu'une obsession: stopper Lionel Messi pour gagner son huitième de finale contre l'Argentine.

26 juin 2014, 20:18
Fabian Schär (à gauche) et Josip Drmic sont revenus sur cette notion du collectif sans laquelle rien n'aurait été possible mercredi soir à Manaus.

"Nous sommes venus au Brésil avec le "devoir" de nous qualifier pour les huitièmes de finale, explique Fabian Schär. Je peux vous assurer que la pression sur nos épaules était immense lors de cette phase de poules. Maintenant, cette qualification nous offre la possibilité de nous mesurer à l'une des meilleures équipes au monde. Il faudra mardi être dans un grand jour pour contenir l'Argentine. J'ai l'espoir que nous y parviendrons". Pour un joueur qui a battu le Brésil le soir de sa première sélection et qui s'est imposé à deux reprises contre Chelsea en Ligue des Champions, un tel défi n'est peut-être pas une mission impossible.

Ecartés contre la France mais tous deux titularisés devant le Honduras, Fabian Schär et Josip Drmic sont revenus sur cette notion du collectif sans laquelle rien n'aurait été possible mercredi soir à Manaus. "Tout le monde veux bien sûr jouer, poursuit Fabian Schär. Mais rien ne doit venir altérer l'esprit d'équipe qui est le nôtre depuis le début de cette aventure".

Personne n'a ainsi pu ignorer le geste de Xherdan Shaqiri après ses deux derniers buts. Le Bâlois a remercié très ostensiblement Josip Drmic, auteur de deux superbes assists. "M'associer lors de la célébration sur ces deux buts m'a, bien sûr, rendu très heureux, souligne le futur joueur de Leverkusen. Nous entretenons tous deux des rapports très étroits. Voir que notre entente sur le terrain soit couronnée de succès de la sorte est extraordinaire. Avec Xherdan dans l'axe derrière moi, tout change. Avec son volume de jeu et son désir permanent d'aller de l'avant, c'est un régal de jouer devant lui. A l'avenir, j'espère qu'il jouera toujours à cette place de no 10 !"

L'avenir, c'est mardi 13h00 à Sao Paolo et ce huitième de finale contre l'Argentine dont Josip Drmic a déjà imaginé le scénario. "Réussir à gêner Messi pour nous imposer 1-0: cela serait merveilleux", lâche-t-il. Quelle que soit l'issue de ce huitième de finale, Josip Drmic estime que la Suisse a réussi sa Coupe du monde. "Les gens peuvent être fiers de ce que nous avons accompli, lance-t-il. Nous ne sommes pas venus au Brésil seulement pour disputer cette Coupe du monde. Mais pour nous qualifier pour les huitièmes de finale. Cela a été fait et cela démontre toute la valeur de notre équipe". Elle lui reste maintenant à dépasser toutes les limites qu'elle a dévoilées contre la France.

Fabian Schär et Josip Drmic sont, comme les autres titulaires de la veille, restés à l'hôtel pour se reposer. Vendredi, toute l'équipe bénéficiera d'une journée de congé avant d'attaquer la préparation du huitième de finale. L'équipe quittera Port Seguro dimanche en fin de journée. Il restait jeudi aux responsables de l'ASF de décider s'il valait mieux partir directement de Sao Paolo sans passer par la case Porto Seguro pour Brasilia, où est agendé samedi prochain le quart de finale promis au vainqueur du match de Sao Paolo. Pour réussir une grande Coupe du monde, il vaut mieux avoir un coup d'avance.

Votre publicité ici avec IMPACT_medias