Brésil: une ONG placarde en grand format les posts racistes publiés sur les réseaux sociaux

Au Brésil, publier sur Twitter ou Facebook un message à caractère raciste peut vous coûter cher. Criola, une ONG qui milite contre le racisme, a décidé de les faire imprimer en format géant et de les placarder près des habitations des coupables.

30 nov. 2015, 15:49
"Si vous preniez des bains, vous ne seriez pas aussi crasseux."

Quand on poste quelque chose sur Twitter ou sur Facebook, on a un certain sentiment d'impunité. Les réseaux sociaux, même si les dénonciations sont jusqu'ici plutôt rares, n'échappent pas à la loi.

C'est ce qu'a voulu rappeler l'association brésilienne Criola avec sa nouvelle campagne anti-racisme. L'originalité de la méthode lui a valu les honneurs de la presse nationale. Même la BBC s'y est intéressée. 

Il faut dire que l'idée de "racisme virtuel, conséquences réelles" est pour le moins originale.

Criola s'est mise à traquer les messages racistes sur les réseaux. Elle en a ensuite fait imprimer quelques-uns sur des affiches géantes, qu'elle a placardées dans les quartiers des coupables. Leur nom et leur photo sont toutefois floutés.

"Si vous vous laviez comme il faut, vous ne seriez pas aussi sales."

 

"Je suis rentré à la maison, ça puait le noir."

Selon la fondatrice de Criola, Jurema Werneck, l'objectif est d'encourager les gens à dénoncer les cas de racisme. "Ces gens pensent qu'ils peuvent rester tranquillement chez eux et faire n'importe quoi sur le net. On ne restera pas sans rien faire. Ils ne peuvent pas se cacher, nous les trouverons." Elle précise que des lois existent, mais qu'elles ne sont pas appliquées, faute de moyens ou parce que les gens ont peur de dénoncer les contrevenants.