Votre publicité ici avec IMPACT_medias

Changins-Wädenswil met une stratégie au point contre la tordeuse orientale du pêcher

La station de recherche Agroscope de Changins-Wädenswil vient de mettre au point une façon de lutter contre la tordeuse orientale du pêcher.

03 déc. 2012, 11:46
La tordeuse orientale du pêcher à provoqué de grands dégâts en 2012. La station de recherche Agroscope Changins-Wädenswil a mis une technique de lutte au point.

La tordeuse orientale du pêcher, un papillon nuisible, a fait cette année des dégâts considérables dans les cultures de pêches et de poires en Suisse romande. La station de recherche Agroscope Changins-Wädenswil (ACW) a réagi en proposant une stratégie de lutte.

Elle se base sur des attractifs sexuels qui peuvent réduire la population de ce ravageur, et sur une préparation virale spécifique, a indiqué lundi l'ACW. Les insecticides utilisés contre les autres tordeuses et lépidoptères habituels vont également affecter les population de la tordeuse orientale.

Agroscope invite les producteurs et les services cantonaux à la vigilance et à annoncer les dégâts éventuels. Les chercheurs vont en outre développer, en collaboration avec les divers acteurs, des stratégies de lutte durables et utilisables en production intégrée et biologique.

Discrète jusqu'ici

Apparu en Suisse il y a environ 80 ans, en particulier au Tessin, la tordeuse orientale du pêcher (Grapholita molesta) était restée jusqu'ici discrète et n'avait pas eu d'incidences économiques majeures. Son hôte principal est le pêcher, mais elle ne dédaigne point les poiriers, pommiers, cognassiers, abricotiers et pruniers.

Cette année, les producteurs romands ont signalé pour la première fois des attaques marquées sur les pêches et les poires. Dans certaines exploitations fruitières de la Côte, plus de 10% des fruits ont été touchés. En tant qu'hôte principal, le pêcher doit être contrôlé visuellement avec soin, note la station Agroscope.

Les femelles, qui mesurent environ 16 mm, déposent une cinquantaine d'oeufs sur les feuilles et les fruits. Les larves perforent ensuite les bourgeons terminaux ou les fruits. La tordeuse orientale achève son cycle biologique en 4 à 7 semaines, selon la plante-hôte et la température. D'avril à octobre, on dénombre donc 4 ou 5 générations.

Votre publicité ici avec IMPACT_medias