Réservé aux abonnés

Chevillard, Mad Max du jour d’aujourd’hui

«Feuilleton» recueille les critiques d’Eric Chevillard publiées dans «Le Monde». Une excellente façon de se frotter à la littérature contemporaine. Mais, c’était prévisible, il pique, l’auteur de «Du hérisson».
07 sept. 2018, 00:01
DATA_ART_12372833

Il pique, Eric Chevillard, parce qu’il critique les poids lourds de la littérature, qui ne font pas du dégât que sur l’autoroute de la culture, mais aussi sur les lecteurs et leurs facultés mentales. Ce faisant, il dégonfle certaines baudruches, et ce n’est pas pour nous déplaire. Il porte aux nues, aussi. Qu’il parle de la «sortie d’homme» de Valère Novarina ou de «La cervelle omnibus» de Jean-Marc Lovay, il reste au plus près du texte pour mieux déployer sa réflexion. Mais devant les banales évidences et autres tautologies redondantes énoncées par l’honorable et honoré feu Jean d’Ormesson da...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois