Réservé aux abonnés

A la poursuite de l’obsession magnifique

Le cinéaste James Gray s’enfonce au cœur d’une jungle inexplorée avec un explorateur du siècle passé tenaillé par une idée fixe. Envoûtant.
03 mai 2017, 23:19
/ Màj. le 04 mai 2017 à 00:01
LCOZ_3808.CR2thelos2

Cinéaste américain majeur, James Gray a réalisé à ce jour six longs métrages très divers, mais qui traitent tous de l’individu confronté au groupe, au clan familial ou à une classe sociale, rêvant de s’intégrer sans pour autant renoncer à ses convictions. Le plus souvent, Gray apparie cette problématique de l’appartenance et les thèmes de la filiation et de l’obsession. Avec «The Lost City of Z», le réalisateur de «The Immigrant» atteint les sommets de son art tout en restant fidèle à ses préoccupations.

Un projet insensé

Près de dix ans de travail et de difficiles négociations lui ont été néc...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois