Réservé aux abonnés

«Faire de ces visages des paysages»

Le réalisateur lausannois Stéphane Goël révèle nos représentations bigarrées de l’au-delà dans un documentaire truffé de témoignages intenses. Rencontre.
20 janv. 2016, 23:27
/ Màj. le 21 janv. 2016 à 00:01
fragments du paradis

Né à Lausanne, membre du collectif Climage, Stéphane Goël est monteur et réalisateur indépendant. Installé à New York durant six ans, il a suivi une formation en cinéma documentaire et collaboré avec différents vidéastes, avant de revenir en Suisse pour tourner des films engagés comme «Qué viva Mauricio Demierre». Après «Prud’hommes», une plongée d’une formidable acuité dans les salles d’audience du Tribunal de prud’hommes, le cinéaste se pose la question existentielle de l’au-delà dans «Fragments du paradis».

Stéphane Goël, vous vous engagez cette fois de manière différente. Qu’est-ce qui vou...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois