Votre publicité ici avec IMPACT_medias

Journée de la femme: une vidéo qui bouscule les genres

Un court-métrage inverse les rôles et raconte les démêlées de Pierre lors d'une «Journée de l'Homme». Hilarant et inquiétant...

07 mars 2014, 07:30
Minorité opprimée, le court-métrage d'Eléonore Pourriat, est un film drôle, pertinent et effronté, qui joue subtilement sur la notion du genre et de sa socialisation

Demain, c'est la journée de la femme. A ceux qui pensent, et ils sont nombreux et hélas nombreuses, : «ces féministes nous fatiguent, c’est un combat d’un autre temps», jetant sans vergogne à la poubelle l’engagement et le courage des pionnières grâce à qui on nous a donné d’abord une âme et ensuite une éligibilité. J’ai juste envie de vous inviter à visionner un court métrage (10’42) qu’Eléonore Pourriat a tourné en 2010.

«Majorité opprimée» inverse les rôles et raconte les démêlées d’un mec quelconque lors d’une «journée de l’homme».  C’est un film drôle, pertinent et effronté, qui joue subtilement sur la notion du genre et de sa socialisation.

C’est fou comme le fait d’inverser les rôles modifie notre regard sur les faits. Si on se marre lorsque Pierre –c’est le nom de l’anti-héros– se fait brancher par des nanas, on devient franchement gêné au fur et à mesure des séquences. Ce qui paraît un incident regrettable mais banal dans la configuration «homme dominant», devient insupportable lorsque c’est le gars qui enfile le costume de victime. Bizarre, non?

Votre publicité ici avec IMPACT_medias