Votre publicité ici avec IMPACT_medias
Réservé aux abonnés

La foi est une affaire personnelle

Deux pères jésuites à l’épreuve de leur conviction dans le Japon du XVII

08 févr. 2017, 23:02
/ Màj. le 09 févr. 2017 à 00:01
silence1

Immense cinéaste, Martin Scorsese est un créateur dont l’œuvre est hantée par la manière dont la violence entache la condition humaine. Il y apparie un besoin presque désespérant de spiritualité. Catholique, croyant pétri de doute, Scorsese avait déjà abordé frontalement cette contradiction avec «La dernière tentation du Christ» (1988) et son protagoniste qui choisit de mourir pour les hommes sans être forcément Dieu pour autant.

Un film-fleuve

Le réalisateur du «Loup de Wall Street» (2013) récidive aujourd’hui avec «Silence», un projet qu’il dit avoir porté en lui pendant près de vingt ans. Vingt-quatrième long métrage de son auteur, ce film-fleuve de 2h41 est tiré du roman éponyme de Shusaku Endo, un écrivain japonais, lui aussi de confession catholique.

L’épreuve du «fumi-e»

En 1638, deux jésuites portugais, Sebastião Rodriguez (Andrew Garfield) et Francisco Garupe (Adam Driver) partent au Japon à la recherche du père Cristóvão Ferreira (Liam Neeson), qui aurait renoncé...

Votre publicité ici avec IMPACT_medias