Réservé aux abonnés

Naître Noir et homo dans un ghetto

En trois tranches de vie, Barry Jenkins raconte l’histoire d’un jeune Afro-Américain homosexuel dans un quartier de la drogue à Miami et reçoit l’Oscar mérité du meilleur film.
22 mars 2017, 23:21
/ Màj. le 23 mars 2017 à 00:01
20151030_144339_Moonlight_D13_0647.tifmoonlight1

Né en Floride, le réalisateur noir américain Barry Jenkins a perdu son père à l’âge de 12 ans et a été élevé par une autre mère que la sienne. Formé au cinéma à la FSU (Florida State University), il s’est fait remarquer en 2008 avec un premier long métrage à petit budget, «Medecine for Melancholy», l’histoire d’une rencontre d’un soir entre deux jeunes Afro-Américains. Scénariste, le cinéaste a ensuite écrit quelques épisodes de «The Leftlovers», une série fantastique où les gens disparaissent sans explication.

Emancipation moderne

Avec «Moonlight», qu’il a tiré d’une pièce de théâtre ...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois